Attentat à Nice : Le profil du terroriste se précise

À Nice, Matthieu Boisseau a suivi les évènements et le profil du terroriste se précise.

FRANCE 2

Le journaliste de France 2, Matthieu Boisseau, précise en direct de Nice que "le chauffeur du camion n'était pas connu des services antiterroristes, mais il avait eu affaire à la justice pour des faits de droit commun : consommation de stupéfiants et violences, pour être tout à faire précis. Il n'était pas fiché pour des liens avec des groupes jihadistes. Cet homme, il a été identifié grâce à ses empreintes, grâce à des papiers d'identité retrouvés à bord du camion dès hier soir. C'est un Franco-Tunisien de 31 ans. On ne connait pas encore son nom, mais il hante Nice."

L'enquête progresse

Matthieu Boisseau ajoute que Christian Estrosi, le maire de Nice, "évoquait dès hier soir des armes en grand nombre, des grenades. Pour l'instant nous pouvons confirmer qu'un pistolet a bien été retrouvé à bord du camion. Ensuite, le chauffeur a-t-il tiré sur la foule alors qu'il fonçait sur les spectateurs ? Certaines sources proches de l'enquête citée par l'Agence France-Presse le laissent penser. Pour l'instant il n'y a aucune confirmation, c'est donc une information à prendre avec la plus grande prudence. Enfin, cette enquête qui débute porte sur toute la ville de Nice puisque c'est la ville la plus vidéo-surveillée de France. Les enquêteurs passent au crible toutes ces vidéos pour connaitre le parcours de son camion : où était-il, par où est passé son camion sur la Promenade des Anglais ? On sait désormais que son camion a été loué il y a quelques jours dans le Var, mais maintenant la principale question porte sur l'itinéraire du chauffeur : a-t-il été en contact avec des complices ou avec d'autres personnes avant de passer à l'acte ? C'est l'une des questions clés de l'enquête."

Le JT
Les autres sujets du JT
La police et les secours sur la promenade des Anglais, site de l\'attentat de Nice, dans la nuit du 14 au 15 juillet 2016.
La police et les secours sur la promenade des Anglais, site de l'attentat de Nice, dans la nuit du 14 au 15 juillet 2016. (VALERY HACHE / AFP)