Attentat à Nice : la Turquie condamne l'acte, mais les tensions avec la France restent vives

Comme de nombreux pays à travers la planète, la Turquie a condamné l'acte de terrorisme perpétré à Nice (Alpes-Maritimes) jeudi 29 octobre. Il en faudra cependant plus pour apaiser les relations diplomatiques entre Ankara et Paris, note la géopolitologue Anne-Sophie Sebban-Bécache.

La Turquie fait partie des pays qui ont fermement condamné l'attentat terroriste commis à Nice (Alpes-Maritimes) jeudi 29 octobre. "Cette condamnation est bienvenue", note Anne-Sophie Sebban-Bécache, chercheuse et spécialiste du Moyen-Orient. "Mais si l'acte terroriste a été condamné, il y a toujours ces accusations qui, aux yeux de la diplomatie française, demeurent inacceptables."

"Ce sont des discours dangereux"

La géopolitologue fait ici référence aux tensions très vives entre Paris et Ankara. Emmanuel Macron défend sans concession le droit à caricaturer le prophète Mahomet. Cela lui vaut de s'attirer les critiques de son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, qui joue à un jeu dangereux. "Le président turc essaie de se faire le leader du monde musulman et de cette campagne diffamatoire contre la France", rappelle Anne-Sophie Sebban Bécache. "Ce sont des discours dangereux qui attisent la haine et qui donnent du grain à moudre aux islamistes."

Le JT
Les autres sujets du JT
Anne-Sophie Sebban-Bécache
Anne-Sophie Sebban-Bécache (Capture d'écran Franceinfo)