Un projet de "passage à l'acte violent" contre les forces de l'ordre déjoué, plusieurs individus interpellés

L'un des individus interpellés, un mineur, avait déjà été condamné pour des faits qualifiés d'association de malfaiteurs terroriste. 

Ces individus interpellés sont soupçonnés d\'avoir tenté de \"préparer un passage à l\'acte violent, à brève échéance, susceptible de viser les forces de sécurité\". 
Ces individus interpellés sont soupçonnés d'avoir tenté de "préparer un passage à l'acte violent, à brève échéance, susceptible de viser les forces de sécurité".  (EMILIEN CANCET / AFP)

Plusieurs individus ont été interpellés en Ile-de-France, vendredi 26 avril, dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Paris le 1er février, du chef d'association de malfaiteurs terroriste criminelle, a annoncé le parquet à France Télévisions, lundi 29 avril, confirmant une information de BFMTV. L'enquête, qui a été confiée à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), met en cause "des individus soupçonnés de préparer un passage à l'acte violent, à brève échéance, susceptible de viser les forces de sécurité". Quatre personnes étaient en garde à vue lundi matin, a appris l'AFP de sources concordantes. Leurs auditions confirment leur ancrage dans la mouvance islamiste, rapporte une source proche de l’enquête à franceinfo.

Trois majeurs et un mineur

L'un des individus interpellés, un mineur, a déjà été condamné par le tribunal pour enfants pour des faits qualifiés d'association de malfaiteurs terroriste. Il avait été interpellé en février 2017, à l'âge de 15 ans, alors qu'il cherchait à se rendre en Syrie. Le jeune homme a été condamné à la peine de trois ans de prison, dont deux ans assortis d'un sursis avec mise à l'épreuve. Il était actuellement placé au sein d'une structure éducative dans le cadre de cette mise à l'épreuve, selon le parquet. Les trois autres personnes, majeures, sont connues pour des faits de droits commun, d'après une source proche de l'enquête.