Police : le drame de Sarcelles ne remet pas en cause le port d'arme

Les policiers resteront armés en dehors de leur service. Gérard Collomb a coupé court à tout débat après ce drame. Depuis les attentats de 2015, les policiers peuvent conserver leur arme en permanence sous certaines conditions.

Voir la vidéo
France 3
avatar
France 3France Télévisions

Mis à jour le
publié le

C'était une revendication de plusieurs syndicats de police depuis des années : porter son arme 24h sur 24, même en dehors des heures de service. Demande accordée après les attentats de novembre 2015 pour tous les policiers qui le souhaitent. Les règles sont précises, tout policier qui demande à garder son arme doit respecter trois conditions. D'abord, il doit obtenir l'accord de son responsable, s'entrainer au tir au moins trois fois par an, et enfin, il doit pouvoir être rapidement identifiable avec un brassard de police. L'arme est alors placée sous sa responsabilité. À lui de faire en sorte qu'elle ne soit pas volée, en la plaçant par exemple dans un coffre-fort.

"Un cas exceptionnel"

Des règles suffisamment strictes, et que le drame de Sarcelles ne doit pas remettre en cause, selon ce responsable d'un syndicat de police. "C'est un cas exceptionnel et il ne faut pas faire de généralités par rapport à tous les policiers. Aujourd'hui, au regard des risques d'attentat et des risques terroristes, il est extrêmement important que les policiers soient munis de leur arme en tout lieu en tout temps", estime Loïc Travers, du syndicat Alliance Police nationale. Pour le ministre de l'Intérieur, le débat n'a pas lieu d'être. L'autorisation de port d'arme avait été pérennisée à l'été 2016 après le double meurtre de Magnanville (Yvelines) lorsqu'un terroriste avait tué dans sa maison un couple de policiers.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les policiers qui souhaitent garder leur arme en permanence, y compris sur les trajets domicile-travail entre deux services, doivent en faire la déclaration et avoir effectué des entraînements de tir réguliers.
Les policiers qui souhaitent garder leur arme en permanence, y compris sur les trajets domicile-travail entre deux services, doivent en faire la déclaration et avoir effectué des entraînements de tir réguliers. (MAXPPP)