Cinq hommes arrêtés en Finlande pour un projet d'attentat d'ultra-droite

Selon les autorités, ces cinq jeunes hommes appartiennent à la mouvance "accélérationniste", qui espère déclencher le chaos du conflit interethnique.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un policier finlandaise présente les armes saisies lors de l'arrestation de cinq hommes soupçonnés de préparer un attentat d'ultra-droite, le 3 décembre 2021 à Pori (Finlande). (JUHA SINISALO / LEHTIKUVA / AFP)

Coup de filet en Finlande. Cinq jeunes hommes ont été arrêtés et placés en détention en Finlande pour avoir projeté un "attentat d'ultra-droite" par bombe et armes à feu, du jamais vu dans le pays nordique, ont annoncé vendredi 3 décembre les autorités. Il s'agit des premières arrestations pour un projet d'attentat d'extrême droite en Finlande, selon la police.

Les suspects ont été arrêtés mardi et vivent à Kankaanpää, une petite ville de 13 000 habitants dans le sud-ouest du pays. Ils ont été présentés à un juge vendredi et placés en détention provisoire. La ou les cibles éventuelles n'ont pas été dévoilées, ni le détail d'un possible mode opératoire. Les cinq hommes étaient sous surveillance depuis une première arrestation il y a deux ans, a expliqué la police lors d'une conférence de presse.

Des membres de la mouvance "accélérationniste"

Des perquisitions menées en décembre 2019 avaient permis de découvrir "une quantité significative d'armes à feu, de munitions et d'explosif", a expliqué le commissaire Toni Sjöblom. Ils affichent des "tendances d'ultra-droite accélérationnistes", a expliqué le représentant de Supo, Eero Pietilä.

Selon des experts de l'ultra-droite, les "accélérationnistes" espèrent susciter le chaos du conflit interethnique pour déclencher un grand soulèvement des Occidentaux de souche. Des groupuscules ont été identifié dans plusieurs pays, mais la mouvance est récente.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Antiterrorisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.