Attaque au couteau à Paris : "Je suis beaucoup plus inquiet" pour les JO 2024, explique Frédéric Péchenard, ancien directeur général de la Police nationale

Une attaque au couteau a fait un mort et deux blessés, près de la station de métro Bir Hakeim à Paris, samedi soir. Le principal suspect a été interpellé et placé en garde à vue.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Frédéric Péchenard, ancien directeur général de la Police nationale  et vice-président Les Républicains d'Île-de-France, sur franceinfo en 2019. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Frédéric Péchenard se dit, dimanche 3 décembre sur franceinfo, "beaucoup plus réservé et beaucoup plus inquiet" sur les Jeux olympiques et paralympiques qui commencent le 26 juillet, après l'attaque au couteau à Paris samedi soir, dans le 15e arrondissement de la capitale, au niveau du pont Bir Hakeim.

L'ancien directeur général de la Police nationale et vice-président Les Républicains de la Région Ile-de-France estime qu'"il y a un certain nombre de risques qui pèsent" sur les JO. "Les risques existaient avant le 7 octobre [attaque du Hamas contre Israël] et me paraissaient à peu près contenus" mais depuis Frédéric Péchenard ne cache plus son inquiètude.

"Un éventuel plan B" nécessaire pour la cérémonie d'ouverture des JO

"Sans aucun doute il y a des moyens très importants qui seront mis en place", explique-t-il avant de s'interroger, "est-ce que ces moyens seront suffisants pour surveiller des dizaines de milliers de personnes, des centaines d'appartements ? C'est au ministre de l'Intérieur et au gouvernement de prendre des décisions", évoque-t-il. "Je pense qu'il ne serait pas complètement absurde et j'imagine que ça doit être fait de penser à un éventuel plan B", notamment pour la cérémonie d'ouverture sur la Seine, "si les actes terroristes devaient perdurer sur notre pays".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.