Cet article date de plus de deux ans.

Stains : la garde à vue des deux policiers est levée, les blessés entendus aujourd'hui

La conductrice d'un véhicule percuté par la voiture contrôlée a aussi été entendue comme témoin.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
L'entrée du palais de justice de Bobigny (Seine-Saint-Denis). (LUDOVIC MARIN / AFP)

La garde à vue des deux policiers qui ont tiré en direction d'une voiture et blessé son conducteur et sa passagère dans la nuit de dimanche à lundi à Stains, en Seine-Saint-Denis, est levée, a appris franceinfo auprès de leur avocat mardi 17 août après-midi. Ils étaient interrogés à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) depuis lundi. Un troisième policier et un témoin ont été entendus.

>> Ce que l'on sait du contrôle de police à Stains, durant lequel deux personnes ont été grièvement blessées

Les deux blessés vont pouvoir être entendus dès mardi 17 août à l'hôpital par l'IGPN et par la Sous-direction de la police judiciaire (SDPJ) qui sont chacune chargée d'une enquête. Le conducteur a reçu 45 jours d'Incapacité totale de travail (ITT) et la passagère en a reçu 100.

Lundi, une conductrice qui a été témoin de la scène a aussi été entendue. Sa voiture a été percutée par celle des deux individus avant que les policiers ne tirent, elle apporte donc des éléments sur ce qui s'est passé avant la scène qui a été filmée et largement relayée sur les réseaux sociaux.

Les policiers étaient-ils identifiables ?

Cette vidéo montre un équipage de trois policiers de la brigade anti-criminalité (BAC) de Stains tenter de contrôler le conducteur d'un véhicule qui, après avoir coupé le contact, a redémarré brusquement. Lors d'une marche arrière, il a percuté un premier policier. Un deuxième policier a alors tenté d'immobiliser le véhicule mais a été entraîné sur plusieurs mètres alors que le conducteur était reparti en marche avant. Deux policiers ont fait usage de leur arme de service à plusieurs reprises.

Sur la vidéo partagée sur les réseaux sociaux, il semble qu'aucun élément ne permet d'identifier les policiers, qui ne portent pas de brassard, n'ont pas allumé de gyrophare, ni n'ont fait de tir de sommation.

Deux enquêtes ont été ouvertes par le parquet de Bobigny. L'une pour tentative d'homicide volontaire, visant la voiture qui semble avoir foncé sur un policier, l'autre pour usage d'arme à feu par les policiers. La SDPJ 93 et l'IGPN sont saisies.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.