Seize ressortissants albanais et kosovars soupçonnés d'avoir participé à plus de 350 cambriolages interpellés

Les gendarmes ont mis la main sur 17 kilos de bijoux, et dix armes de poing, après l'interpellation, mardi, d'une quinzaine de ressortissants albanais et kosovars. Ils sont soupçonnés d'avoir mené 350 cambriolages dans la région Auvergne-Rhône-Alpes.

La région Auvergne-Rhône-Alpes. 
La région Auvergne-Rhône-Alpes.  (CAPTURE D'ÉCRAN / GOOGLE MAPS)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Seize ressortissants albanais et kosovars, soupçonnés d'avoir participé à plus de 350 cambriolages, ont été interpellés mardi 7 novembre dans la région de Saint-Étienne (Loire) par les gendarmes, rapporte France Bleu Saint-Etienne Loire.

Les suspects ont été présentés à un juge jeudi 9 novembre. Dix-sept kilos de bijoux ont été saisis, ainsi que dix armes de poing. Le préjudice est estimé à plus de 900 000 euros. Les suspects ont entre 30 et 40 ans. Début septembre, trois autres personnes suspectées de faire partie de la même bande avaient déjà été incarcérées.

Une "véritable logistique"

Ces personnes sont soupçonnées d'avoir commis une série de vols avec effraction "en équipes organisées et mobiles", selon un communiqué du groupement de région de la gendarmerie d'Auvergne et Rhône-Alpes. Ces larcins ont eu lieu dans toute la région Auvergne-Rhône-Alpes. Le réseau s'attaquait à des résidences principales en ayant pris soin de repérer les lieux, et en dérobant surtout des bijoux et de l'argent liquide.

La majorité des cambrioleurs résident en région stéphanoise et "disposent d'une véritable logistique sur la commune de Firminy (appartements, local associatif, nombreux véhicules)", précisent encore les gendarmes.

Soutien d'Europol

Après le constat d'une augmentation de ces vols dans la région Auvergne-Rhône-Alpes au dernier trimestre 2016, une information judiciaire avait été ouverte par le tribunal de grande instance de Saint-Etienne en avril 2017.

Une cellule d'enquête avait été mise en place sous l'égide de l'Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI) : les enquêteurs de la section de recherches de Lyon, le Groupe d'intervention régionale (GIR) Rhône-Alpes, le groupement de gendarmerie de la Loire ont travaillé main dans la main, avec le soutien d’Europol et des autorités albanaises.