Seine-Saint-Denis : une jeune fille a tenté de s'immoler par le feu et s'est jetée du premier étage dans son lycée

La lycéenne, âgée de 18 ans, s'est immolée par le feu, avant de se jeter du premier étage de son établissement à Villemomble (Seine-Saint-Denis). Grièvement blessée, elle a été hospitalisée en urgence absolue.

Le lycée Georges Clémenceau, à Villemomble (Seine-Saint-Denis).
Le lycée Georges Clémenceau, à Villemomble (Seine-Saint-Denis). (GOOGLE MAPS)

Une jeune fille de 18 ans a tenté de s'immoler par le feu et s'est jetée du premier étage, lundi 25 novembre, dans son lycée de Villemomble en Seine-Saint-Denis, ont appris France Bleu Paris et franceinfo de sources concordantes. Les faits se sont produits peu après 15 heures au sein du lycée Georges Clémenceau. 

D'après le rectorat, la lycéenne s'est isolée dans un coin de l'établissement afin de s'asperger d'un liquide (de nature inconnue), elle s'est enflammée et dirigée vers le premier étage de l'atrium. Elle s'est ensuite jetée du haut du premier étage et a atterri dans le hall de cet atrium.

Hospitalisée en état d'urgence absolue

Les surveillants et enseignants sont intervenus pour tenter de l'éteindre, une infirmière lui a apporté les premiers soins puis les secours sont arrivés rapidement, indique le rectorat. Grièvement brûlée sur une grande partie du corps, la jeune fille a été évacuée vers un hôpital en état d'urgence absolue.

La jeune fille était suivie psychologiquement depuis plusieurs années. Elle avait déjà fait une tentative de suicide. Elle était scolarisée en première dans cet établissement, où elle faisait l'objet d'une attention particulière.

Les cours suspendus

Une trentaine d'élèves et d'adultes ont été témoins de la scène. Le recteur et le directeur académique se sont rendus sur place et une cellule d'écoute a été ouverte. Cette dernière sera toujours à disposition ce mardi. Les parents d'élèves ont été prévenus par SMS, indique la FCPE.

Les cours ne reprendront pas mardi dans le lycée de Villemomble, indique à franceinfo le rectorat de Créteil. Les élèves qui le souhaitent seront accueillis dans l'établissement et peuvent se rendre à la cellule d'écoute psychologique mise en place. Par ailleurs, le lycée va mettre en place un "temps de sensibilisation aux réseaux sociaux", alors que plusieurs rumeurs ont circulé sur ces réseaux concernant les raisons du geste de la jeune femme, a indiqué le rectorat à franceinfo.