Seine-Saint-Denis : deux hommes tués à Sevran, 48 heures après un règlement de comptes lié au narcotrafic

Le parquet ne fait à ce stade aucun lien entre la fusillade de vendredi et ces nouveaux tirs, même s'il s'agit d'une hypothèse au regard du contexte.
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Un panneau routier à l'entrée de Sevran (Seine-Saint-Denis), le 7 janvier 2014. (PATRICK KOVARIK / AFP)

Deux hommes ont été tués par balles dimanche 5 mai à Sevran, moins de 48 heures après une fusillade liée au narcotrafic qui avait fait un mort et plusieurs blessés graves dans cette ville de Seine-Saint-Denis, a appris France Télévisions de sources policière et judiciaire. Les deux victimes étaient âgées de 31 et 35 ans, a annoncé le préfet de police de Paris, Laurent Nunez, venu sur place.

Pour l'instant, le parquet ne fait aucun lien entre la fusillade de vendredi et ces nouveaux tirs, même s'il s'agit d'une hypothèse au regard du contexte. La brigade criminelle va être saisie pour faire la lumière sur cet enchaînement de violences. "On a de bonnes raisons de penser que les faits de ce [dimanche] soir ne sont pas complètement étrangers au trafic de stupéfiants", a détaillé le préfet de police de Paris, qui précise tout de même qu'"il faut être extrêmement prudent quant au fait que cette affaire puisse avoir un lien" avec cette première fusillade et avec un autre homicide mercredi à Aulnay, souligne le préfet de police. "Aucun lien n'est établi entre toutes ces affaires."

Une opération "place nette XXL" en mars

Dans la nuit de vendredi à samedi, un homme de 28 ans avait déjà été tué et quatre autres blessés lors d'une fusillade dans la cité des Beaudottes, quartier emblématique de cette ville pauvre de la banlieue nord de Paris. Trois autres blessés par balles s'étaient également présentés à l'hôpital plus tard dans la nuit. "C'est forcément un règlement de comptes lié au trafic de stupéfiants", avait réagi Stéphane Blanchet, maire DVG de la ville. Il avait fustigé une "économie parallèle qu'il faut attaquer avec des moyens qui soient à la hauteur".

Sur place, 25 douilles de 7.62, un calibre notamment utilisé pour les armes de type Kalachnikov, avaient été retrouvées. Après Marseille, Sevran avait fait l'objet d'une opération antidrogue "place nette XXL" le 25 mars dans l'objectif de porter un coup d'arrêt aux trafics. Dans cette ville, le point de deal de la cité Rougemont avait été "éradiqué", a assuré la préfecture de police.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.