Savoie : la garde à vue du suspect dans l'incendie de Courchevel levée

Le jeune homme, qui faisait l'objet d'une fiche de recherche, n'est pour l'heure pas mis en examen, selon nos confrères de France Bleu Pays de Savoie.

Les fonctionnaires ont très vite repéré le jeune homme recherché dans le cadre de l\'incendie mais aussi pour une peine non exécutée. 
Les fonctionnaires ont très vite repéré le jeune homme recherché dans le cadre de l'incendie mais aussi pour une peine non exécutée.  (FANNY HARDY / AFP)

La garde à vue d'un suspect dans l'incendie de Courchevel (Savoie) a été levée au bout de 48 heures, la durée maximale, rapporte jeudi 28 février France Bleu Pays de Savoie. Le jeune homme n'est pour l'heure pas mis en examen. L’Héraultais était entendu depuis mardi.

Le dealer héraultais soupçonné dans l'incendie mortel de Courchevel - qui a fait deux morts et quatre blessés graves en janvier dernier - s'est terminée au bout de 48 heures jeudi. Les gendarmes du SRPJ de Chambéry l'ont interrogé à Perpignan, près du centre de détention où le jeune de 22 ans purge une peine dans une autre affaire. Concenrant l'incendie de Courchevel, le jeune n'est pour l'instant pas mis en examen et n'a pas été déferré devant la juge d'instruction de Chambéry en charge du dossier. Pour le moment le parquet de Chambéry n'en dit pas plus.

Il faisait l'objet d'une fiche de recherche

France Bleu Pays de Savoie a eu confirmation que le suspect faisait bien l'objet d'une fiche de recherche sur le territoire national pour l'incendie de Courchevel quand il a été arrêté presque par hasard, il y a 15 jours, à la frontière franco-espagnole, par la police aux frontières des Pyrénées-Orientales. Il revenait alors d'Espagne avec deux autres personnes. Aucun n'avait de papiers en règle. Les fonctionnaires ont très vite repéré le jeune homme recherché dans le cadre de l'incendie mais aussi pour une peine non exécutée.

Il s'agissait de la première garde à vue après plus de deux mois d'enquête. L'Héraultais était entendu depuis mardi. La piste de la jalousie était sérieusement examinée car le jeune dealer serait venu reconquérir son ancienne compagne, saisonnière à Courchevel, et logée dans le bâtiment détruit. Mais d’autres témoins évoquent une bagarre violente avec deux autres saisonniers qui seraient liés à son trafic de cocaïne sur Courchevel.