Savoie : des ossements "a priori humains" découverts à proximité du fort de Tamié, où deux hommes avaient été portés disparus

Jean-Christophe Morin et Ahmed Hamadou ont disparu en 2011 et 2012 lors d'un festival de musique électronique. Le parquet d'Albertville ne fait pour l'heure aucun lien entre cette découverte et ces affaires.

Article rédigé par
Avec France Bleu Pays de Savoie - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Fort de Tamié (Savoie), en mars 2018. (JEAN-PIERRE CLATOT / AFP)

Des ossements "a priori humains" ont été découverts par un promeneur en octobre dernier dans la forêt de Plancherine en Savoie, rapporte France Bleu Pays de Savoie, mardi 5 janvier. Ils sont en train d'être analysés.

Ces découvertes ont eu lieu à proximité du fort de Tamié, lieu de disparition de Jean-Christophe Morin et Ahmed Hamadou en 2011 et 2012 lors d'un festival de musique électronique. Le parquet d'Albertville ne fait pour l'heure aucun lien entre cette découverte et ces affaires.

Recouper les ossements avec le fichier des personnes disparues

Ces os "a priori humains" font l'objet d'analyses de la part de l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale. Cette tentative d'identification est "tout à fait classique" lors de découvertes de ce genre, "qui arrivent souvent" afin de recouper les informations avec le fichier des personnes disparues, précise le procureur de la République d'Albertville.

Les noms de Jean-Christophe Morin et Ahmed Hamadou ont récemment resurgi dans l'actualité dans le cadre des investigations autour de Nordahl Lelandais, avec la création en 2018 de la cellule Ariane chargée d'explorer le passé du meurtrier de Maëlys et du caporal Arthur Noyer. Ces deux dossiers faisaient alors partie des pistes prioritaires.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.