Saint-Etienne : un bébé placé a été enlevé par ses parents à l'hôpital, une opération de police en cours

La petite fille de six mois, présentée comme un grande prématurée, était en soin sous respirateur au CHU de la ville lorsqu'elle a été enlevée par ses parents, vendredi. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'hôpital Nord de Saint-Etienne (Loire) où une enfant placée a été enlevée par ses parents, le 25 novembre 2022.  (MAXPPP)

Une opération de police est en cours, samedi 26 novembre, sur le territoire national pour retrouver un bébé de six mois. Cette jeune enfant, confiée à l'Aide sociale à l'enfance (ASE), a été enlevée par ses parents vendredi au CHU de Saint-Etienne (Loire), annonce le parquet de la ville à l'AFP.

L'alerte enlèvement n'a pas été déclenchée car le parquet stéphanois a considéré que les critères, notamment celui de la mise en danger de l'enfant, "n'étaient pas remplis". La petite fille de six mois, présentée comme une grande prématurée, était en soin sous respirateur lorsqu'elle a été enlevée, vendredi en fin d'après-midi, au service pédiatrie de l'Hôpital Nord de Saint-Etienne par ses parents d'origine étrangère, qui ont trompé la vigilance du personnel de l'établissement, selon la même source.

"Des carences éducatives repérées dans sa famille"

"Une ordonnance d'interdiction de sortie du territoire de l'enfant a été prise", a précisé à l'AFP le procureur adjoint de la République de Saint-Etienne, André Merle, qui a confié à la sûreté départementale de la Loire une enquête préliminaire pour "soustraction d'un enfant à l'autorité à laquelle il a été confiée". "Cette fillette fait l'objet d'un placement provisoire d'un juge des enfants auprès de l'Aide sociale à l'enfance du fait de carences éducatives repérées dans sa famille", a-t-on encore expliqué, ajoutant que l'ASE l'a elle-même confiée à l'hôpital eu égard son état de santé.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.