Puisseguin : une pièce métallique a "transpercé" un réservoir du camion

Le procureur de Libourne a donné lundi des précisions sur l'accident de Puisseguin (Gironde) qui a fait 43 morts vendredi. Le camion impliqué s'est d'abord "déporté sur la voie de gauche". Puis sous le choc avec l'autocar, une pièce métallique a "perforé" un de ses réservoirs, provoquant à un embrasement rapide.

(Les carcasses du camion et l'autocar impliqués dans l'accident survenu vendredi à Puisseguin (Gironde) ont été dégagés de la route lundi matin. © Reuters)

Que s'est-il exactement passé vendredi matin lors de l'accident de Puisseguin en Gironde ? Le procureur de la République de Libourne a tenu une conférence de presse lundi pour donner de nouveaux élements sur la collision entre un camion et un autocar qui a coûté la vie à 43 personnes. Christophe Auger a expliqué qu'"au stade actuel des investigations, les hypothèses ne portent aucune accusation ". Il a expliqué que le camion s'est "déporté sur la voie de gauche " et que "des traces de freinage laissent supposer que le camion a tenté en vain de redresser la trajectoire ". 

Avec le choc, une pièce métallique a perforé un des réservoirs du camion, a expliqué le procureur. Une "barre métallique " située à l'intérieur de l'habitacle du camion, est venue transpercer un "réservoir additionnel de gasoil sous pression ", situé à l'arrière de la cabine. Elle a alors entraîné une projection de fines gouttelettes de gasoil qui, au contact d'une surface chaude, a provoqué l'incendie.

Le chauffeur du camion a tenté en vain de redresser son véhicule, a expliqué le procureur de la République de Libourne qui a détaillé lundi les circonstances de l'accident
--'--
--'--
Le procureur a indique que "deux experts ont été mobilisés, un expert spécialisé en accidentologie et un spécialisé en matière incendie ." Une scène virtuelle des accidents à partir d’éléments numérisés a été projetée aux proches des victimes. Christophe Auger a ajouté que "l’autocar et le poids lourd ont été placés sous scellés " après que les carcasses des deux véhicules ont été enlevées lundi matin.  La saisie d’un juge d’instruction sera réalisée dans les prochains jours.

Plus aucun blessé dans un état critique

Le procureur de Libourne a indiqué qu"aucune des personnes blessées ne se trouve plus dans un état critique ". Les dépouilles des 43 victimes, 41 passagers de l'autocar, le chaffeur du camion et son jeune fils, ont été acheminées jusqu'à l’Institut de médecine légale du CHU de Bordeaux. Christophe Auger a indiqué que "l’identification définitive et la remise des corps aux familles restent la priorité " et qu'elles "s’effectuent dans les meilleurs délais possibles avant d’entamer l’enquête ".