Projet d'attentat en France : cinq personnes membres d'un groupe néo-nazi en garde à vue depuis mardi

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 5 min.
Projet d'attentat en France : cinq individus d'un groupe néo-nazi en garde à vue depuis mardi
France Info
Article rédigé par
M.Bougault - franceinfo
France Télévisions

Un projet d'attentat préparé par un groupe néo-nazi a été déjoué par les autorités en début de semaine. Cinq personnes ont été arrêtées mardi 21 septembre. Manon Bougault, journaliste à France Télévisions, fait le point sur la situation depuis le plateau du 23 heures de France info.

Cinq hommes ont été placés en garde à vue mardi 21 septembre pour avoir eu le projet de commettre un attentat et ils sont désormais entre les mains des enquêteurs de lDirection générale de la sécurité intérieure (DGSI). "Ces arrestations interviennent dans le cadre d'une enquête sur un groupuscule néo-nazi "Honneur & Nation", un groupe qui avait déjà fait parler de lui en mai dernier lorsque trois de ses membres ont été mis en examen puis écroués. Ils étaient soupçonnés de préparer des actions violentes contre des lieux communautaires, des loges maçonniques et le ministère de la Santé", explique Manon Bougault, journaliste à France Télévisions.

Une petite sphère qui rassemble une centaine de personnes

Sur ces cinq hommes, les informations sont les suivantes : ils sont âgés de 23 à 58 ans, l'un d'eux a été arrêté dans la Nièvre, un autre en Charente-Maritime et un dernier dans les Hauts-de-Seine. "Les deux autres étaient déjà incarcérés, les enquêteurs ont dû les sortir de cellule pour les interroger", ajoute Manon Bougault, journaliste à France Télévisions, depuis le plateau du 23 heures de France info. "Ce groupe "Honneur & Nation" est une petite sphère qui rassemble quelques centaines de personnes qui naviguent d'un groupe néo-nazi à l'autre. La particularité de ces groupes, c'est qu'ils veulent se faire remarquer en organisant des manifestations comme celle du White Lives Matter, en 2020, sur la place de Valenciennes", explique Jean-Yves Camus, directeur de l'observatoire des radicalités.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.