Cimetière profané : "On prendra des lois, et on punira", selon Emmanuel Macron

Emmanuel Macron était en visite au cimetière de Quatzeheim (Bas-Rhin) mardo 19 février, où 96 tombes ont été profanées dans la nuit.

FRANCE 2

96 tombes profanées et couvertes d'insultes en allemand et de croix gammées. Dans le cimetière de Quatzeheim (Bas-Rhin), Emmanuel Macron dépose une fleur blanche au pied du mémorial de la déportation, lui-même vandalisé. Puis il se recueille avec les habitants. "Ça nous touche tous, c'est pour ça qu'on est là avec vous", a dit Emmanuel Macron à un riverain très ému. Le chef de l'État promet des actes et des lois.

"C'est un échec"

Après la récitation de la prière aux morts, Emmanuel Macron met une kippa et dépose, comme le veut la tradition, un caillou sur l'une des tombes profanées. "Que certains de nos concitoyens pensent que cela n'est rien, ou qu'on peut faire bégayer l'histoire en faisant cela, c'est un échec", déplore Emmanuel Macron. Pour les représentants de la communauté juive, cette visite est un soutien qui n'efface pas l'inquiétude.

Le JT
Les autres sujets du JT
Emmanuel Macron, le 19 février dans le cimetière juif profané de Quatzenheim (Bas-Rhin).
Emmanuel Macron, le 19 février dans le cimetière juif profané de Quatzenheim (Bas-Rhin). (FREDERICK FLORIN / AFP)