Cet article date de plus de cinq ans.

Profanation du cimetière juif de Sarre-Union : cinq mineurs âgés de 15 à 17 ans en garde à vue

Un des cinq suspects s'est dénoncé de lui-même lundi matin.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des gendarmes enquêtent dans le cimetière juif de Sarre-Union (Bas-Rhin), le 16 février 2015, deux jours après la découverte de la profanation de 250 tombes. (FREDERICK FLORIN / AFP)

Cinq adolescents, âgés de 15 à 17 ans, ont été placés en garde à vue, lundi 16 février dans l'après-midi, pour avoir profané 250 tombes du cimetière juif de Sarre-Union (Bas-Rhin), la semaine dernière.

Qui sont ces cinq mineurs en garde à vue ?

"Ce matin, à 10h15, un jeune homme s'est présenté à la brigade de gendarmerie de Sarre-Union pour se dénoncer en disant qu'il avait participé aux faits", a expliqué le procureur de Saverne, Philippe Vannier. Cet adolescent "a mis en cause d'autres garçons. Ils sont cinq au total, tous mineurs et, depuis 14h45, ils sont tous en garde à vue".

Tous sont "originaires de la région". Quatre des cinq jeunes sont domiciliés à Sarre-Union, le cinquième à Lunéville. Ils sont "très choqués de la tournure des événements, impressionnés par la mesure de garde à vue dont ils font l'objet", a précisé Philippe Vannier. Aucun n'a d'antécédent judiciaire.

De quoi sont-ils accusés ?

Au total, 250 tombes ont été dégradées. Ces jeunes auraient commis les faits jeudi après-midi entre 15 heures et 18 heures, selon le parquet. "La plupart des dégradations sont des renversements de stèles ou des arrachages de colonnes. Quelques caveaux ont également été ouverts sans qu'il ne soit porté atteinte aux défunts." Mais le monument dédié aux victimes de la déportation, "qui se trouve à l'entrée du cimetière, a également été détérioré". Toutefois, le magistrat a précisé qu'aucun motif idéologique n'avait pu être établi pour le moment : "Ils considéraient le cimetière comme étant abandonné."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.