Affaire Michel Zecler : la détention requise pour trois des policiers impliqués

L’enquête sur le passage à tabac du producteur de musique Michel Zecler progresse. Le journaliste de France Télévisions Olivier Feniet était en duplex depuis le Palais de justice de Paris pour décrypter la situation.

France 3

La détention est requise pour trois des quatre policiers impliqués dans le passage à tabac du producteur de musique Michel Zecler. "Le procureur de la République de Paris, qui qualifie cette affaire d’extrêmement importante, a tenu il y a deux heures une conférence de presse. La mise en examen est requise pour les quatre policiers impliqués, et la détention provisoire demandée pour trois d’entre eux, au vu de la gravité de l’infraction et du risque de pression sur les témoins", a rapporté le journaliste Olivier Feniet, en duplex depuis le Palais de Justice, dimanche 29 novembre. 

Le placement sous contrôle judiciaire pour un policier

"Pour les trois policiers qui ont donc roué de coups Michel Zecler il y a une semaine, la mise en examen est demandée pour violences volontaires avec des circonstances aggravantes, notamment le faux en écriture publique par personne dépositaire de l’autorité publique. Pour le quatrième policier impliqué, celui qui est suspecté d’avoir lancé une grenade lacrymogène à l’intérieur du studio, le parquet de Paris requiert son placement sous contrôle judiciaire avec interdiction d’exercer ses fonctions", a poursuivi le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Rémy Heitz, procureur de la République de Paris, le 29 novembre 2020.
Rémy Heitz, procureur de la République de Paris, le 29 novembre 2020. (ALAIN JOCARD / AFP)