Cet article date de plus de sept ans.

Pour le PDG d'Airbus, "la conception de l'A400M n’est pas remise en cause"

Trois semaines après le crash de l’A400M près de Séville ayant fait quatre morts et deux blessés, le président d’Airbus, Fabrice Brégier assure que la faille serait plutôt à trouver au niveau des "procédures de test de l’avion".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Le crash de l'A400M avait provoqué le 9 mai dernier la mort de quatre passagers.  © Maxppp)

Après l’examen des boîtes noires, l’un des responsables d’Airbus avait déjà annoncé qu’ "il n’y avait pas de défaut structurel" de l’avion, mais qu’un "sérieux problème de qualité dans l’assemblage final"   était à l’origine de l’accident.

Fabrice Brégier, PDG d'Airbus, la filiale d'aéronautique civile d'Airbus Group, a confirmé ce samedi matin au micro de France Inter que l’origine du drame proviendrait d’une "faiblesse dans les procédures de test avant la mise en vol de l’avion" . Selon lui, "la conception de l'avion n'est pas remise en cause ".

 

Pour le PDG d'Airbus, "la conception de l'A400M n’est pas remise en cause"
écouter
A LIRE AUSSI ►►►Crash d'un A400M en Espagne : l'avion victime d'une panne moteur ?

Le président d’Airbus a également indiqué au passage que les équipes chargées de l’A400M "vont regarder cela de très près" , assurant que "la sécurité de l’équipage et des passagers était la priorité numéro un"   de la compagnie.

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.