Policiers percutés à Colombes : le suspect est mis en examen et écroué, annonce le parquet national antiterroriste

Selon des sources concordantes, ce Français de 29 ans ayant fait allégeance au groupe Etat islamique (EI) assume "totalement son acte", qui a grièvement blessé deux policiers et qu'il aurait commis seul.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des policiers inspectent le lieu où un automobiliste a volontairement percuté deux motards de la police, le 27 avril 2020 à Colombes (Hauts-de-Seine).  (FRANCK FIFE / AFP)

Youssef T., soupçonné d'avoir fauché au volant d'une voiture trois policiers lundi 27 avril à Colombes (Hauts-de-Seine), a été mis en examen et placé en détention provisoire vendredi 1er mai, pour "tentative d'assassinats sur personnes dépositaires de l'autorité publique en relation avec une entreprise terroriste", a annoncé le parquet national antiterroriste (Pnat).

Selon des sources concordantes, ce Français de 29 ans animé par une idéologie anti-occidentale et ayant fait allégeance au groupe Etat islamique (EI) assume "totalement son acte", qui a grièvement blessé deux policiers et qu'il aurait commis seul.

"Imposer la charia sur l'ensemble de la Terre"

Lundi, vers 17 heures, au volant d'une BMW, cet homme inconnu des services antiterroristes avait violemment heurté deux motards de la police nationale qui contrôlaient une voiture, les blessant grièvement aux jambes. Il a atteint plus légèrement un policier municipal. Les deux motards ont dû être hospitalisés, mais leurs jours ne sont pas en danger.

Une lettre d'allégeance à l'EI ainsi qu'un couteau ont été retrouvés dans la voiture du suspect et le parquet national antiterroriste s'est saisi des faits mardi après qu'une expertise psychiatrique du suspect a écarté toute abolition ou altération de son discernement.

Selon un communiqué du Pnat, le suspect expliquait vouloir se lancer "à corps perdu dans la bataille pour imposer la charia sur l'ensemble de la Terre"Selon une source proche de l'enquête, on retrouve dans "l'exploitation de ses supports numériques" saisis lors d'une perquisition "un intérêt pour l'Etat islamique ainsi que le terrorisme de manière générale".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.