Violences policières : Aurélien Taché souhaite le départ du préfet de police de Paris

Aurélien Taché, député du Val-d’Oise, fondateur de Nous Demain, est l’invité du 23h de franceinfo, dimanche 29 novembre.

FRANCEINFO

"On a une crise de confiance terrible liée à des institutions défaillantes", estime Aurélien Taché sur franceinfo, dimanche 29 novembre.

"Le préfet de police de Paris est décrié, s’il n’y avait pas eu l’affaire Zecler, l’article 24 de la loi sur la "sécurité globale" ne serait pas rediscuté. Le Parlement doit jouer son rôle avant", ajoute le député fondateur de Nous Demain.

Pour lui, "il faut retirer la loi. Elle est très mal faite, incomprise. Ensuite, il faut transformer radicalement le projet de loi contre le séparatisme pour renforcer la démocratie et les principes républicains".

Lutter contre les discriminations

"La principale mission du gouvernement est de protéger la démocratie et les libertés et on finit par en douter. On a un problème d’exemplarité. Les ministres décriés restent en poste. On ne peut pas toujours fuir ses responsabilités politiques. Il faut des actes forts : retirer la loi, que le préfet Didier Lallement parte", insiste l'élu du Val-d'Oise.

"On sait que la montée des violences policières est aussi liée à la montée du racisme. Où sont les actes pour lutter contre la discrimination ?", s'interroge Aurélien Taché, qui "propose de renforcer dans l’administration la diversité sociale et territoriale". 

"Dans le maintien de l’ordre, conclut-il, on a des policiers pas du tout formés pour ça. Il y a un problème de moyens. Il y a une confiance à retrouver. Aucun acte sérieux n’est posé pour aller dans cette direction. À chaque fois, les propositions faites sont des propositions de défiance, d'affaiblissement des libertés". 

Le JT
Les autres sujets du JT
Le député de la majorité Aurélien Taché sur le plateau de franceinfo (archives).
Le député de la majorité Aurélien Taché sur le plateau de franceinfo (archives). (FRANCEINFO)