Violences policières : 20 000 manifestants dans les rues de Paris

20 000 personnes ont défilé mardi 2 juin à Paris pour dénoncer les violences policières, à l’initiative de la famille d’Adama Traoré. La manifestation avait été interdite par la préfecture de police.

À Clichy (Seine-Saint-Denis), les locaux de la police municipale ont été pris pour cible mardi 2 juin. Près du périphérique, des feux de palettes et des barricades. Au loin, dans les fumées, le Palais de justice de Paris. C’est là que 20 000 personnes se sont rassemblées en soutien à la famille d’Adama Traoré, jeune noir mort lors de son interpellation en 2016.

"Justice pour Adama"

"Ce qui se passe aux États-Unis se passe exactement en France. La mort de George Floyd vient se calquer sur la mort d’Adama Traoré. Ils ont porté le poids de trois gendarmes sur son corps. Aujourd’hui, on vient réclamer ça et dénoncer l’impunité policière, dénoncer les crimes racistes", explique Assa Traoré, la soeur d’Adama Traoré. "Justice pour Adama", ont crié les manifestants. Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a réagi mardi soir sur Twitter, rappelant que la manifestation avait été interdite pour des raisons sanitaires. Il a aussi condamné les débordements. D’autres manifestations ont eu lieu à Lille, Lyon et Marseille.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des milliers de manifestants se sont réunis devant le tribunal de Paris à l\'appel du comité de soutien à la famille d\'Adama Traoré, mardi 2 juin 2020. 
Des milliers de manifestants se sont réunis devant le tribunal de Paris à l'appel du comité de soutien à la famille d'Adama Traoré, mardi 2 juin 2020.  (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)