VIDEO. "Tant que j'aurai la force physique, je continuerai à filmer l'injustice" : deux vidéastes racontent les violences policières dans les manifestations

Depuis le début du mouvement des "gilets jaunes", professionnels et amateurs filment pour dénoncer certains agissements des forces de l'ordre.

Ils sont les témoins de violences policières dans les manifestations. Pedro Brito Da Fonseca, journaliste de l'agence audiovisuelle Premières Lignes, cherche à documenter l'utilisation du lanceur de balles de défense (LBD) 40 par les forces de l'ordre. Lelly Gijabet, elle, s'est formée sur le tas avec l'ambition de créer un média indépendant. Elle filme les manifestations du début à la fin et les diffuse en direct sur une page Facebook, suivie par près de 17 000 personnes. Tous deux ont accepté de raconter leur démarche à franceinfo.

Le 8 décembre 2018, Pedro Brito Da Fonseca, habitué à couvrir des conflits, de la révolution tunisienne à la guerre en Syrie, part photographier la quatrième manifestation des "gilets jaunes" organisée à Paris. "Une des premières images que je tourne, c'est presque un incident de tournage. Je me dirige vers le milieu des Champs-Elysées, vers le milieu de la route. Je suis en train de filmer un groupe de personnes qui est là, qui sont inoffensifs, raconte-t-il. A un moment, j'entends plusieurs "ploc" qui sont des tirs de LBD 40 et, à ce moment-là, je vois un homme qui s'effondre dans mon cadre."

Pedro Brito Da Fonseca se dirige vers lui. "Je le vois qui tient son bras, il a été blessé par un tir de LBD 40, alors qu'il ne représentait pas une menace pour les forces de l'ordre", poursuit le journaliste. Cet homme est évacué sur le côté. Toute la journée, Pedro Brito Da Fonseca reste attentif à l'utilisation décriée de cette arme par les forces de l'ordre. Il va poursuivre sa démarche pendant plusieurs mois et envisage désormais d'utiliser les images pour un documentaire produit par Premières Lignes.

"Des arrestations propres, il y en a très peu"

"J'ai tendance à filmer un peu plus les violences policières. Je trouve ça relativement injuste et… la façon dont la loi est traitée en France par ceux qui sont censés la faire appliquer me déplaît", explique, de son côté, Lelly Gijabet. Cette femme originaire du Nord reste marquée par ces deux "gilets jaunes" handicapés visés par des grenades lacrymogènes, le 11 mai 2019 à Lille. 

Lelly Gijabet a créé son auto-entreprise de rédaction web, mais poursuit, en parallèle, une activité professionnelle à temps plein, qu'elle préfère taire. Elle assure être blessée à chaque manifestation qu'elle couvre, mais ne souhaite pas s'arrêter de filmer pour autant. "Tant que j'aurai la force physique, je continuerai à filmer ça, à filmer l'injustice. Ça peut être une injustice envers un policier. Je ne montre pas plus un côté que l'autre. Malheureusement, en ce moment, c'est ce qu'on voit. Et des arrestations propres, il y en a très peu", estime-t-elle.

Un \"gilet jaune\" à terre après un tir de LBD sur les Champs Elysées, le 8 décembre 2018. 
Un "gilet jaune" à terre après un tir de LBD sur les Champs Elysées, le 8 décembre 2018.  (PEDRO BRITO DA FONSECA / ENVOYE SPECIAL / FRANCE 2)