Stains : "Si une lettre disparaît, on tiendra pour seuls responsables les syndicats de police Alliance", prévient Assa Traoré devant une fresque en hommage à son frère

La fresque suscite la colère des policiers et notamment du syndicat Alliance, qui a renoncé à manifester lundi devant celle-ci. Les policiers se sont regroupés devant la préfecture à Bobigny. Une victoire pour les proches d'Adama Traore rassemblés devant la fresque.

Assa Traoré, devant la fresque en hommage à Adama Traoré et à George Floyd, à Stains, lundi 22 juin 2020.
Assa Traoré, devant la fresque en hommage à Adama Traoré et à George Floyd, à Stains, lundi 22 juin 2020. (ALAIN GASTAL / RADIO FRANCE)

A Stains, en Seine-Saint-Denis, 200 à 300 personnes se sont réunies lundi 22 juin devant la fresque qui rend hommage à Adama Traoré et à George Floyd. Parmi la foule, surtout des jeunes, venus a priori pour une contre-manifestation, en réponse à l'appel lancé samedi dernier sur les réseaux sociaux par le syndicat Alliance 93, majoritaire au sein de la police en Seine-Saint-Denis, vent debout contre une phrase inscrite sur la fresque, associant les termes "racisme" et "violences policières""Nous demandons que cette phrase soit repeinte ou supprimée car elle stigmatise la police républicaine", avait indiqué le syndicat sur son compte Facebook, appelant les policiers "à se rassembler lundi 22 juin à 16h devant la fresque située place du colonel Fabien à Stains".

Un rassemblement sans incident

Mais les policiers finalement ne sont pas venus, préférant se regrouper devant la préfecture à Bobigny. Un renoncement que le comité AdamaTraoré revendique comme une victoire. La sœur d'Adama, Assa Traoré, s'est contentée d'une prise de parole pour défendre la liberté artistique. "S'il y a une tâche de peinture, si cette fresque disparaît, si une lettre disparaît, on tiendra pour seuls responsables les syndicats de police Alliance", a-t-elle déclaré"À partir du moment où ils lancent ça sur des réseaux sociaux, c'est un appel à la haine, c'est un appel à la violence, c'est un appel au non respect de nos morts dans les quartiers populaires et c'est surtout un appel à venir dégrader cette fresque", a-t-elle encore réagi. Le rassemblement s'est déroulé sans incident et sans la moindre présence policière visible.