Sécurité : à Aulnay-sous-Bois, les caméras-piétons divisent les habitants

L’outil est présenté comme l’une des solutions pour apaiser les relations entre la police et la population. Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a promis d’en déployer 30 000 en juillet 2021. 

France 3

À Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), les policiers municipaux sont équipés depuis cinq ans d’une caméra-piéton, bien visible sur la poitrine. Même lorsqu’elle n’est pas activée, la simple présence de l’outil suffirait à apaiser certaines tensions. "Les personnes auxquelles nous sommes confrontées, se sachant filmées, révisent leurs comportements et leurs paroles, si bien de notre côté que du leur, ça apaise les interventions", explique un policier en patrouille. 

Des avis mitigés 

Les habitants, eux, sont divisés. "Ça permet de rester en sécurité, commente un homme. Vous savez parfois, on a des policiers où ça ne va pas, on a des jeunes où ça ne va pas, donc c’est très bien une caméra." Un autre estime que "ce n’est que quand ça les arrange". La caméra-piéton n’est en effet déclenchée que lorsque le policier le souhaite. Incompréhensible pour Oussouf Siby, conseiller municipal d’opposition. Il propose que "dès lors qu’un policier commence sa patrouille, la caméra soit déclenchée". Depuis l’instauration de la caméra-piéton, le nombre d’outrages a baissé de 25%, selon la mairie. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Illustration d\'une caméra-piéton sur un agent de police en 2016.
Illustration d'une caméra-piéton sur un agent de police en 2016. (JACQUES DEMARTHON / AFP)