Paris : un policier visé par une plainte pour des violences, l'IGPN saisie

La victime, qui témoigne sur Mediapart, dit avoir reçu sans raison des coups de matraque qui lui ont notamment fracturé la mâchoire.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le jeune homme a porté plainte dans le 19e arrondissements de Paris, où se sont déroulés les faits. (GOOGLE MAPS)

"Ils sont venus, m’ont massacré pour rien et sont repartis" : un homme de 24 ans accuse un policier de l'avoir violemment frappé à coups de matraque sans raison, le blessant au visage, le 13 juillet dans le 19e arrondissement de Paris, révèle le site Mediapart lundi 25 juillet. 

La Direction générale de la police nationale (DGPN) confirme à franceinfo que le jeune homme a porté plainte et qu'une enquête préliminaire pour "violences volontaires par personnes dépositaires de l’autorité publique" a été ouverte. La DGPN, le parquet et la préfecture de police de Paris confirment que l'IGPN a été saisie, et qu'une enquête administrative a également été ouverte en parallèle.

Son avocat dénonce des "violences gratuites"

Le jeune homme, que Mediapart appelle par le pseudonyme de Sofiane, raconte qu'il discutait avec deux amis en bas de son immeuble à l'arrivée des policiers. Un peu plus tôt, des pétards avaient été tirés dans son quartier. Alors que le groupe reste assis sur un banc, des agents sont "visés par un tir de mortier d’un jeune qui passe en courant devant eux", assure-t-il. Un groupe de policiers charge alors les trois amis, dont Sofiane, qui estime pourtant qu'il était évident qu'elle ne pouvait pas être impliqué : blessé dans un accident de la route quelques semaines plus tôt, il portait une minerve et avait un bras en écharpe, limitant ses mouvements.

Selon son récit, ses amis tentent de fuir, "mais les policiers leur ont donné des coups et les ont fait tomber". Sofiane crie qu'il est "accidenté" et demande aux agents d'"arrêter". Il affirme qu'un des policiers lui répond alors "ferme ta gueule" et lui porte des violents coups de matraque, au visage et sur son épaule fracturée.

L'avocat du jeune homme, Avi Bitton, dénonce auprès du site des "violences gratuites et donc délictueuses", et ajoute que "selon plusieurs témoins présents, au moment des faits, il n’a eu aucun comportement justifiant l’intervention de la police qui ne l’a d’ailleurs pas interpellé." Sofiane dit avoir eu une mâchoire fracturée, une lèvre ouverte (Mediapart publie une photo où cette blessure est visible) et avoir perdu plusieurs dents.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences policières

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.