VRAI OU FAKE Manifestant frappé au sol à Paris : non, le sida ne se transmet pas en crachant de la salive et du sang au visage

Le porte-parole du syndicat de police Alliance a assuré que le manifestant interpellé avait craché du sang au visage du policier en affirmant qu'il avait le sida. Tous les professionnels de la lutte contre le VIH contactés par franceinfo l'assurent : la salive, même mêlée de sang, ne transmet pas le virus.

Photomontage de plusieurs captures d\'écran d\'une vidéo montrant un policier frappant un manifestant à terre, le 19 janvier 2020 à Paris, lors d\'une manifestation des \"gilets jaunes\". 
Photomontage de plusieurs captures d'écran d'une vidéo montrant un policier frappant un manifestant à terre, le 19 janvier 2020 à Paris, lors d'une manifestation des "gilets jaunes".  (AFP)

Ses propos ont provoqué un tollé. Au micro de franceinfo, dimanche 19 janvier, le porte-parole du syndicat de police Alliance, Stanislas Gaudon, a tenté d'expliquer par "le contexte de l'interpellation" les coups assénés par un policier à un manifestant à terre, samedi 18 janvier à Paris en marge de la manifestation des "gilets jaunes". Le syndicaliste policier a raconté que le manifestant "a craché du sang au visage, à deux reprises" du fonctionnaire de police, tout en lui disant : "J'ai le sida, tu vas crever !" Contacté par franceinfo, l'avocat de l'homme frappé au sol par le policier assure que son client "conteste les faits qui lui sont reprochés". Sans plus de précisions.

Mais en affirmant que le manifestant aurait proféré cette menace et en utilisant cet argument pour défendre le policier visé par une enquête de l'Inspection générale de la police nationale, le porte-parole d'Alliance a relayé plusieurs croyances fausses sur le VIH. Des croyances souvent dénoncées, mais pourtant toujours bien ancrées dans les mentalités.

"Aucun cas de transmission n'a été établi dans ce cas de figure"

La salive ne peut pas transmettre le VIH, rappellent l'ensemble des spécialistes de la lutte contre l'épidémie, contactés par franceinfo. "Il y a une trop faible quantité de virus dans la salive, même chez les personnes infectées et non traitées, explique Asier Saez-Cirion, directeur de recherche à l'Institut Pasteur et président du comité scientifique du Sidaction. La probabilité de transmission est extrêmement faible. Aucun cas de transmission n'a été établi dans ce cas de figure, et d'après les recherches, il semble même qu'il y ait dans la salive un facteur qui inhibe le VIH."

"Ça nous arrive de recevoir en consultation des policiers, des gendarmes ou des pompiers pour ce qu'on appelle 'des accidents d'exposition aux fluides' (sang, salive, urines..). Mais 100% des patients qui ne sont exposés qu'à la salive repartent sans traitement préventif", indique Gilles Pialoux, chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l'hôpital Tenon à Paris et vice-président de la Société française de lutte contre le sida.

"La projection de sang ne transmet pas le virus"

Toutefois, le porte-parole du syndicat de police Alliance, Stanislas Gaudon, évoque des crachats de sang. Mais même dans ce cas de figure, le VIH ne se transmet pas, rétorquent les experts sollicités par franceinfo. Le sang est bien l'un des modes de contamination avec les sécrétions sexuelles et le lait maternel, énumère Aides dans un communiqué rédigé en réaction à la polémique provoquée par les propos du syndicaliste. Mais "le VIH a une très faible résistance à l'air libre", ajoute l'association, et "après cinq à dix secondes à l'air libre, une goutte de sang ne contient plus de virus"

"Même dans le cas de blessures et de saignements, le simple contact avec le VIH ne transmet pas le virus, affirme Gilles Pialoux. On connaît ce genre de situations avec les accidentés de la route. Même la projection de sang ne transmet pas le virus. En trente-cinq ans d'histoire de la maladie, on a eu un cas aux Etats-Unis avec une centrifugeuse et une maladie de peau chez un technicien. Le compteur de contamination accidentelle professionnelle par le VIH est bloqué depuis quinze ans", affirme le médecin.

"Les transmissions du VIH par le sang existent uniquement dans les cas suivants, liste l'association Sida info service, contactée par franceinfo. Dans le cas d'échanges sanguins, dans des circonstances bien précises, par exemple lors d'un échange de seringues avec une personne contaminée et non traitée. Pour une contamination par blessures, il faut avoir une plaie suffisamment ouverte qui nécessite des points de suture et qui rencontre une grande quantité de sang frais contaminé. Dans le cas de transmissions par le sang, toutes griffures, petites plaies superficielles, etc. ne sont pas des 'portes d'entrée' pour le VIH."

Aujourd'hui en France, découvrir sa séropositivité n'est pas une condamnation à mort et le VIH ne peut évidemment pas être considéré comme une arme.Aidesdans un communiqué

Dans le cas d'un accident d'exposition au sang, comme celui qu'aurait subi ce policier d'après le porte-parole d'Alliance, des recommandations ont été formulées par un groupe d'experts en 2017 (PDF). Un traitement post-exposition n'est recommandé que dans deux cas de figures, qui ne correspondent pas à ce que le fonctionnaire de police aurait vécu. D'abord, si le risque est considéré comme "important" – par exemple dans le cas d'une piqûre profonde avec une aiguille pénétrant une veine ou une artère – et si la personne à l'origine de l'exposition accidentelle est inconnue ou si elle est séropositive et si sa charge virale est détectable.

Ensuite, si le risque est jugé "intermédiaire" : lors d'une coupure avec un bistouri, d'une piqûre qui ne serait pas intravasculaire ou d'une exposition "cutanéomuqueuse" avec un temps de contact de plus de quinze minutes. En cas de crachats, de morsures, de griffures ou même de piqûre avec une seringue abandonnée, le risque est estimé "faible" et le traitement n'est pas recommandé.

"Ce type de propos continuent de stigmatiser"

Les acteurs de la lutte contre l'épidémie font un autre rappel : les personnes séropositives sous traitements antirétroviraux ne transmettent pas le virus. "Dans nos pays riches, où les traitements antirétroviraux sont gratuits, les personnes séropositives qui prennent leur traitement et dont la charge virale est indétectable depuis plus de six mois ne peuvent plus transmettre le virus", insiste Sida info service. Cela signifie, poursuit Aides, qu'"elle vit simplement avec le virus et dispose d'une espérance de vie similaire à une personne séronégative". Et Sida info service de conclure : "Une transmission n'est possible aujourd'hui qu'uniquement avec les personnes qui ignorent leur séropositivité." 

Dans cette affaire, scientifiques comme associatifs déplorent le risque de stigmatisation. "C'est scandaleux de la part de ce syndicat d'utiliser et de relayer dans certains médias cet argument pour légitimer les violences. Il y a déjà assez de fantasmes comme ça à propos des modes de transmission du VIH qui sont parfaitement connus", dénonce Gilles Pialoux. "Ce type de propos continuent de stigmatiser les personnes qui vivent avec le virus", abonde Asier Saez-Cirion.