Loi sur la sécurité : Gérald Darmanin est-il allé trop loin ?

C’est un article de la loi sur la sécurité globale, dont le ministre de l’Intérieur a parlé toute la semaine dernière. Il prévoit notamment de limiter la diffusion d’images de forces de l’ordre, ce qui fait polémique.

FRANCE 2

À l’origine, la loi sécurité globale et son article 24, ont été proposés par deux députés de la majorité qui en sont les rapporteurs. Pour défendre l’article 24, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, va prononcer une phrase qui va tendre les débats : "Vous [les journalistes] devrez flouter les visages des policiers et des gendarmes.Une précision qui n’apparaît pas sur la loi.

Une atmosphère "détestable"

À l’Assemblée, les responsables de la majorité s’inquiètent : accusé de menacer la liberté d’informer, l’article 24 risque de ne pas passer. "L’atmosphère est détestable dans la majorité, il y a une vraie fracture", explique un député. "Il a pas compris qu’être ministre de l’Intérieur, c’est pas être porte-parole des syndicats de police", ironise même un autre ministre. Sur le sujet, Matignon exprime "Ca a semé le trouble. Il y a eu une maladresse." Le vote définitif est prévu mardi 24 novembre.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le ministre de l\'Intérieur, Gérald Darmanin, lors des débats sur l\'examen de la proposition de loi \"sécurité globale\", à l\'Assemblée nationale, le 20 novembre 2020.
Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, lors des débats sur l'examen de la proposition de loi "sécurité globale", à l'Assemblée nationale, le 20 novembre 2020. (BERTRAND GUAY / AFP)