Info franceinfo Affaire Adama Traoré : le médecin légiste américain qui a autopsié George Floyd met en cause l’intervention des gendarmes

Considéré comme l'un des spécialistes en médecine légale les plus réputés des États-Unis, Mickael Baden a été sollicité par l'avocat de la famille d'Adama Traoré il y a plusieurs mois et il vient de rendre son rapport.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une pancarte "Black Lives Matter" lors d'une manifestation en hommage à George Floyd et Adama Traoré, à Toulouse (Haute-Garonne), le 10 juin 2020. (REMY GABALDA / AFP)

Un célèbre médecin légiste américain, Mickael Baden, met en cause, dans son rapport médical, l'intervention des gendarmes dans l'affaire Adama Traoré, jeune homme mort en 2016 à Beaumont-sur-Oise (Val-d'Oise), selon les informations de franceinfo jeudi 4 mars. C’est une nouvelle pièce qui s’ajoute au dossier.

Mickael Baden, considéré comme l'un des spécialistes en médecine légale les plus réputés des États-Unis, a été sollicité il y a huit mois par Yassine Bouzrou, l’avocat de la famille Traoré, et il vient de rendre son rapport. Ce spécialiste est connu notamment pour avoir pratiqué une autopsie indépendante sur George Floyd, cet Afro-américain mort le 25 mai 2020 à Minneapolis. Il a ainsi conclu que George Floyd était mort asphyxié durant une intervention de police, ce qui conduira les autorités à revoir leur position initiale. Le policier blanc mis en cause doit d’ailleurs être jugé à partir de lundi 8 mars. Le légiste a aussi travaillé sur l’affaire OJ Simpson.

"Une asphyxie positionnelle" à l'origine de la mort

Selon son rapport médical de neuf pages que franceinfo a pu consulter, Adama Traoré, 24 ans, est mort en raison "d’une asphyxie positionnelle" lors de son interpellation par les gendarmes. Selon lui, les pathologies antérieures d’Adama Traoré n’expliquent pas son décès. Il estime que la pression exercée par les gendarmes sur le dos du jeune homme, à plat ventre, lors de son interpellation est à l’origine de son décès. Le rapport de ce légiste fait partie d’un ensemble d’expertises réalisées par un collège de neuf médecins internationaux, à la demande des parties civiles. Les conclusions, consultées par franceinfo, expliquent le décès d’Adama Traoré par le plaquage ventral exercé sur lui par les gendarmes, et aggravé par les efforts du jeune homme pour leur échapper.

Le 8 février 2021, franceinfo avait accédé à une expertise de médecins belges, ordonnée cette fois par les magistrats et qui évoquait là aussi un lien possible entre la mort d’Adama Traoré et les conditions de son interpellation. Depuis bientôt cinq ans, les proches du jeune homme sont convaincus que le plaquage ventral le 19 juillet 2016 dans le Val-d’Oise a provoqué sa mort, ce que réfutent les trois gendarmes qui l’ont interpellé et qui clament leur innocence.


"Je constate que la stratégie est toujours la même, faire de l’affaire Traoré l’équivalent de l’affaire Floyd aux États-Unis. Ce qui est intellectuellement malhonnête et au surplus totalement délirant", a déclaré à franceinfo Rodolphe Bosselut, l'avocat de deux des gendarmes. Et ajoute qu’il s’agit "d’un avis réclamé par les parties civiles, qui en aucun cas n’est une expertise judiciaire".


De son côté Yassine Bouzrou, l’avocat de la famille Traoré, estime que "cette expertise médicale internationale réalisée par des éminents spécialistes reconnus mondialement vient s’ajouter à trois expertises médicales précédentes concluant à la responsabilité des gendarmes interpellateurs dans le décès d’Adama Traoré". Il ajoute que selon lui, "ces expertises médicales, les déclarations des gendarmes indiquant qu’Adama Traoré a pris le poids des trois gendarmes sur son corps, les versions évolutives et contradictoires de ces derniers, constituent en droit des charges suffisantes pour renvoyer les gendarmes devant une juridiction de jugement".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.