DIRECT. Le ministre Christophe Castaner est auditionné au Sénat sur les méthodes d'intervention des forces de l'ordre

Le Sénat a créé une mission d'information sur les "moyens d'action et les méthodes d'intervention" de la police et de la gendarmerie.

Le ministre de l\'Intérieur, Christophe Castaner, lors d\'une session de questions au gouvernement, le 9 juin 2020 à l\'Assemblée nationale.
Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, lors d'une session de questions au gouvernement, le 9 juin 2020 à l'Assemblée nationale. (BERTRAND GUAY / AFP)
Ce qu'il faut savoir

C'est un temps fort des travaux de la mission d'information du Sénat sur les méthodes d'intervention des forces de l'ordre, dans une période marquée par des manifestations, dans plusieurs villes de France, contre les violences policières. Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner va répondre aux questions des élus, jeudi 25 juin, alors que la technique de la "clé d'étranglement", notamment, suscite la controverse. La suspension de son usage par les forces de l'ordre, évoquée par le ministre, avait provoqué la colère des policiers.

De nombreuses auditions au programme des travaux. Cette mission d'information du Sénat, dominé par l'opposition de droite, doit également entendre les directeurs généraux et les inspections générales de la police nationale (IGPN) et de la gendarmerie nationale (IGGN), ainsi que les représentants syndicaux.

Une attention portée à la formation. La mission se rendra également dans les centres de formation des policiers et gendarmes afin d'évaluer les techniques d'interpellation et de recours à la force qui y sont enseignées.

"Pas de suspicion généralisée". Lors de la création de la mission, le président de la commission des Lois Philippe Bas (LR) avait précisé que ce débat ne devait pas devenir "l'instrument d'une suspicion généralisée à l'encontre des policiers et des gendarmes".

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #POLICE

16h17 : L'audition de Christophe Castaner au Sénat est terminée. Le ministre de l'Intérieur explique qu'il a demandé un travail sur une "application interne" qui pourrait permettre aux policiers et aux gendarmes de "signaler" facilement un besoin de "protection fonctionnelle", un dispositif dont peut bénéficier un agent public victime d'une infraction à l'occasion ou en raison de ses fonctions.

16h00 : Philippe Bas, président LR de la commission des lois du Sénat, a expliqué à Public Sénat pourquoi il souhaitait cette mission d'information, qui organisera aussi des auditions de syndicalistes et de dirigeants de la police et la gendarmerie, et assistera à la formation de policiers et de gendarmes.

Chacune des deux chambres du Parlement peut créer des missions d'information ou des commissions d'enquête indépendamment de l'autre. Leurs choix peuvent différer, d'autant que le Sénat est dirigé par Les Républicains alors que l'Assemblée l'est par la majorité présidentielle.

16h00 : Bonjour @Julie26. La mission d'information sur "les moyens d'action et les méthodes d'intervention" de la police et de la gendarmerie (qui n'est pas une commission d'enquête) a été lancée, le 16 juin, par la Commission des lois du Sénat. Ses membres sont donc ceux de cette commission, dont la liste est en ligne.

16h00 : Bonjour Monsieur, Quels sont les membres de la Commission d'enquête qui interrogent actuellement le ministre de l'intérieur, Christophe Castaner ? Pourquoi la Commission d'enquête se déroule au Sénat et non à l'assemblée Nationale ? Merci d'avance et bonne journée. Julie26, lycéenne.

15h34 : Le plaquage ventral, mis en cause par plusieurs familles de personnes mortes à la suite d'interpellations, reste également autorisé. Christophe Castaner le juge "indispensable", mais estime qu'il doit être "temporaire" et qu'il doit être "prohibé" d'appuyer sur la tête ou la nuque de la personne plaquée au sol.

15h31 : A nouveau interrogé par une sénatrice, Christophe Castaner confirme que l'étranglement peut continuer d'être utilisé par les policiers déjà formés "pendant deux mois et demi", en attendant les propositions alternatives demandées à un groupe de travail.

15h22 : Christophe Castaner rappelle, comme annoncé début juin, que les policiers et gendarmes devront suivre "un nombre d'heures annuel minimal de formation aux techniques d'intervention", sous peine de ne plus pouvoir exercer sur la voie publique. Par ailleurs, il compte "renforcer la protection juridique des policiers", et a demandé des propositions en ce sens au patron de la police nationale.

15h20 : Devant les sénateurs, Christophe Castaner confirme que la technique de l'étranglement ne sera plus enseignée aux policiers. "Nous avons décidé de mettre fin à son enseignement", et demandé à un groupe de travail "des alternatives" à cette méthode. Celles-ci devront être proposées "d'ici le 1er septembre". Il n'évoque pas, en revanche, l'interdiction de cette technique pour les policiers déjà formés.

14h43 : Auditionné au Sénat sur la question des moyens d'action et méthodes d'intervention des forces de l'ordre, Christophe Castaner commence par rendre hommage à ceux qu'il qualifie de "héros du quotidien", et à évoquer la nécessité de leur donner davantage de moyens. Depuis le début du quinquennat, le budget qui leur est alloué a augmenté d'un milliard d'euros, une hausse "inédite", affirme-t-il.

14h19 : Christophe Castaner est interrogé par une mission d'information du Sénat sur les "moyens d'action et les méthodes d'intervention" de la police et de la gendarmerie. Regardez l'audition en direct.

14h11 : Rappelons que le ministre de l'Intérieur sera auditionné à partir de 14h15 au Sénat, dans le cadre d'une mission d'information sur les méthodes d'intervention des forces de l'ordre. Vous pourrez suivre ses déclarations et regarder cette audition sur franceinfo.fr.