REPLAY. Les annonces d'Emmanuel Macron pour conclure le Beauvau de la sécurité

Le chef de l'Etat a notamment annoncé la création d'une "instance de contrôle des forces de l'ordre" et souhaite "doubler sur dix ans" la présence de policiers sur le terrain. 

Ce qu'il faut savoir

Le Beauvau de la sécurité, l'initiative lancée par le gouvernement pour améliorer les conditions d'exercice du métier de policier, s'est achevé mardi 14 septembre par un discours du chef de l'Etat à Roubaix (Nord). Accompagné des ministres de l'Intérieur et de la Justice, Gérald Darmanin et Eric Dupond-Moretti, Emmanuel Macron a fait plusieurs annonces. 

>> Contrôle des forces de l'ordre, plaintes en ligne, amendes forfaitaires... Ce qu'il faut retenir des annonces d'Emmanuel Macron sur la sécurité

Une dizaine d'annonces variées. Le président a annoncé la création d'une instance parlementaire de contrôle des forces de l'ordre, le dépôt de plainte en ligne dès 2023, le doublement "sous dix ans" de la présence de policiers et gendarmes sur la voie publique, la "simplification drastique" de la procédure pénale, la suppression du rappel à la loi, la mise en place d'une procédure pénale numérique, une loi de programmation d'orientation de la sécurité pour début 2022 et de nouveaux uniformes. 

Un budget de 500 millions d'euros. Pour financer ces mesures, le président de la République a promis une rallonge de 500 millions d'euros en 2022 pour le ministère de l'Intérieur, qui viennent s'ajouter à la hausse de 900 millions annoncée par le Premier ministre, Jean Castex, fin juillet.

 Pas de loi avant la fin du quinquennat. L'exécutif avait promis de reprendre les conclusions du Beauvau de la sécurité pour l'élaboration d'une loi de programmation et d'orientation de la sécurité intérieure (Lopsi). Mais ce texte, que le ministre de l'Intérieur doit préparer pour début 2022, ne pourra être voté avant la fin du quinquennat et reste donc suspendu à une réélection d'Emmanuel Macron.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #SECURITE

23h30 : Voici les articles à lire avant d'aller se coucher :

• Contrôle des forces de l'ordre, plaintes en ligne... Ce qu'il faut retenir des annonces d'Emmanuel Macron sur la sécurité.

Notre #VRAI_OU_FAKE sur les Français penchent-ils majoritairement à droite, comme l'affirment certaines personnalités politiques ?

• Rixe violente, mairie envahie, association dissoute... Que s'est-il passé à Val-de-Reuil ?

Notre article sur la difficulté d'établir un bilan exact des blessés des attentats.

23h10 : Emmanuel Macron a annoncé, dans le cadre du Beauvau de la sécurité à Roubaix (Nord), un doublement des effectifs policiers et de gendarmerie d'ici dix ans. Deux pistes sont envisagées : déléguer le travail administratif et changer les horaires. Mais les mesures ne semblent pas convaincre les syndicats.

21h25 : Bonsoir @Encore des promesses. Le chef de l'Etat n'est pas encore candidat à sa réélection, mais il n'y a pas vraiment de suspense sur ce point. Beaucoup d'observateurs considèrent que les annonces d'Emmanuel Macron sur la sécurité s'inscrivent effectivement dans une pré-campagne électorale, étant donné que le président se projette au-delà de la fin de son mandat. Avec ce thème de la sécurité, Emmanuel Macron occupe, qui plus est, l'un des terrains privilégiés de la droite et de l'extrême droite.

20h49 : Bonsoir. Ça ressemble à un programme de campagne, non ? Pourquoi avoir attendu la fin du quinquennat ou presque pour se dire que la formation et le nombre d’agents étaient à améliorer ?

20h11 : "Mais attention, ce ne sera absolument pas obligatoire, les personnes pourront continuer à venir porter plainte directement dans les commissariats et les gendarmeries", précise le ministère.

21h17 : Lors de la présentation des conclusions du Beauvau de la sécurité, Emmanuel Macron a souhaité la mise en place de "la plainte en ligne" en 2023. "C’est un énorme travail qui va être mené en interne. L'idée, c'est de faciliter le dépôt de plainte pour les plaignants et gagner du temps d’enquête de policiers", explique à franceinfo le ministère de l'Intérieur.

21h15 : Il est 20 heures, voici un point sur l'actualité :

• L'autoroute A9 coupée, des lignes ferroviaires interrompues... De fortes pluies se sont abattues dans le centre et le sud de la France, notamment dans le Gard. Les écoles seront fermées demain dans ce département. Douze départements sont placés en vigilance orange. Suivez notre direct.

• Contrôle des forces de l'ordre, plaintes en ligne, amendes forfaitaires... Emmanuel Macron a fait plusieurs annonces à destination des forces de l'ordre lors de la conclusion du Beauvau de la sécurité à Roubaix.

• Les militants LR devront choisir le 25 septembre entre une primaire ouverte et un congrès du parti pour désigner leur candidat à la prochaine présidentielle.

Selon l'ONU, près de 90% des subventions publiques ont des effets environnementaux ou sociaux "dommageables".

18h10 : Il est 18 heures, faisons un point sur l'actualité :

• Deux personnes portées disparues, A9 coupée, lignes ferroviaires interrompues... De fortes pluies se sont abattues dans le sud de la France et notamment dans le Gard. Douze départements sont placés en vigilance orange. Suivez notre direct.

• Contrôle des forces de l'ordre, plaintes en ligne, amendes forfaitaires... Emmanuel Macron a fait plusieurs annonces à destination des forces de l'ordre lors de la conclusion du Beauvau de la sécurité à Roubaix.

• Les militants LR devront choisir le 25 septembre entre une primaire ouverte et un congrès du parti pour désigner leur candidat à la prochaine présidentielle.

Selon l'ONU, près de 90% des subventions publiques ont des effets environnementaux ou sociaux "dommageables".

18h03 : Emmanuel Macron a annoncé la création d'une délégation parlementaire pour contrôler les forces de l'ordre, en réponse aux appels répétés pour un "contrôle plus strict" et indépendant de l'activité des policiers et des gendarmes. Une annonce qui pose beaucoup de questions. Nous tentons d'y répondre.

17h58 : Voici les nouvelles tenues que porteront les forces de l'ordre. Les policiers auront ainsi un nouveau "polo modernisé" et un calot au lieu de la casquette à partir du premier trimestre 2022, a annoncé Emmanuel Macron à Roubaix (Nord).



(MINISTERE DE L'INTERIEUR)


15h36 : #POLICE. Des réactions aux annonces du président ?

15h08 : Que se sont dit Emmanuel Macron et Xavier Bertrand quelques minutes avant le discours du président ? "Merci d'être là", a d'abord lancé le chef de l'Etat. "C'est républicain, c'est normal", a répondu le président de la région Hauts-de-France et candidat à la présidentielle. "Merci d'ailleurs de continuer à proposer sur ces sujets qui sont si importants", a poursuivi Emmanuel Macron. Réponse de Xavier Bertrand : "On aura un débat, un vrai débat, c'est normal, il va venir". Sous-texte : l'ex-LR veut instaurer un duel avec le chef de l'Etat.

17h51 : Contrôle des forces de l'ordre, plaintes en ligne, amendes forfaitaires... Voici ce qu'il faut retenir des annonces d'Emmanuel Macron sur la sécurité.



(LUDOVIC MARIN / AFP)

14h03 : Comme le rappelait La Croix, le rappel à la loi, créé en 1999, permet au procureur, directement ou par l’intermédiaire d’un délégué, médiateur ou officier de police judiciaire, de répéter à l’auteur d’un fait les "obligations résultant de la loi", sans condamnation ni inscription au casier judiciaire. En supprimant les rappels à la loi, l'exécutif fait droit à une demande des syndicats de policiers, qui dénoncent le "laxisme" de la justice.

17h48 : Emmanuel Macron a précisé dans son discours que les 180 000 rappels à la loi faits chaque année par les forces de l'ordre allaient être supprimés. Le président fait ainsi référence à un amendement voté par l’Assemblée nationale le 20 mai dernier dans le cadre de la loi pour la confiance dans l’institution judiciaire. Ce projet de loi doit encore être examiné par le Sénat.

"Cette forme d’alternative aux poursuites est mal comprise des justiciables et provoque souvent un sentiment d’impunité tant chez les victimes que chez les auteurs des faits", avait soutenu le garde des Sceaux.

17h46 : 14 heures, l'heure d'un nouveau point sur l'actualité :

Instance de contrôle des forces de l'ordre, réserve opérationnelle de la police, généralisation des plaintes en ligne d'ici à 2023... Emmanuel Macron a conclu le Beauvau de la sécurité et fait plusieurs annonces.

Le Gard passe en vigilance rouge en raison des orages, pluies et risques d'inondations. Six autres départements de la région d'Occitanie sont ce midi en vigilance orange. Suivez l'évolution de la situation dans notre direct.

Les Républicains vont proposer à leurs militants deux méthodes - congrès ou vote plus large - pour choisir leur candidat à la présidentielle.



Paris ce matin, puis Tours, Nantes ou encore Strasbourg cet après-midi. Les syndicats appellent à des rassemblements contre l’obligation vaccinale des soignants. Vous pouvez suivre cette mobilisation dans notre direct.

13h56 : Vous n'avez pas suivi les annonces d'Emmanuel Macron ? Les voici en résumé :

• Doublement sur dix ans de la présence des policiers sur le terrain

• Mise en place d'un "centre de formation" sur le maintien de l'ordre pour les policiers

• Création d'une "instance de contrôle parlementaire des forces de l'ordre"

• Mise en place des "plaintes en ligne dès 2023"

• Présentation début 2022 d'une loi de programmation et d'orientation de la sécurité

• Enveloppe de 500 millions d'euros pour la mise en place de ce Beauvau de la sécurité dès 2022

13h51 : "Chacune et chacun, vous servez quelque chose qui est plus grand que nous. (...) Je veux avec vous embrasser une ambition nouvelle, mais aussi des exigences légitimes, le faire avec vous au service de nos concitoyens. (...) Ensemble, nous sommes au service du peuple français. Vive la police nationale, vive la gendarmerie nationale, vive la République !" conclut Emmanuel Macron.

13h41 : "Une instance de contrôle des forces de l'ordre sera créée pour évaluer les forces de l'ordre, sur le modèle de la délégation parlementaire aux renseignements", annonce encore le président.

13h38 : "Les rapports de l'IGPN et l'IGGN seront rendus publics", annonce Emmanuel Macron.

13h40 : "7 564 signalements ont été recensés entre le 1er février et le 31 août ont été recensés" sur la plateforme anti-discriminations de la Défenseure des droits, dit Emmanuel Macron qui révèle que "4% des appels concerne les forces de l'ordre".

13h36 : "Quand je regarde l'ensemble des agents publics, il n'y en a pas autant que vous qui font l'objet de sanctions, c'est que ça fonctionne (...) Nous n'avons pas à craindre d'une transparence accrue", affirme Emmanuel Macron.

13h42 : "Une réserve opérationnelle de la police, dotée de 30 000 réservistes, sera créée. La réserve de la gendarmerie accueillera 20 000 réservistes supplémentaires", annonce Emmanuel Macron.

13h42 : Toutes les écoles de design ont été invitées au printemps 2021 pour moderniser la tenue des forces de l'ordre, rappelle Emmanuel Macron. Un prototype de calot à la place de la casquette et un polo modernisé ont été lancés et seront déployés au printemps 2022.

13h38 : Il faut plus de présence sur le terrain de la hiérarchie, annonce Emmanuel Macron qui veut un travail de réorganisation collectif du travail. Des directions départementales de la police nationale seront créées dans chaque département "pour lutter contre la logique des silos".

13h43 : Dans le secteur de la police technique et scientifique, les fonctionnaires verront leurs équipements mis à niveau, dit Emmanuel Macron.

13h49 : "Nous allons créer en région parisienne un centre de formation dédié aux gendarmes et policiers pour créer de nouveaux escadrons de CRS", annonce Emmanuel Macron.

13h27 : "La formation d'OPJ [officier de police judiciaire] sera intégrée à la formation des policiers et des gendarmes. Ce sera dans la base de formation de tous", annonce Emmanuel Macron.

13h25 : Le président fixe comme objectif d'avoir une caméra par fonctionnaire de police d'ici 2023.

13h24 : "Les caméras sont bonnes pour prévenir des violences mais aussi dans la suite judiciaire. (...) Je vous confirme le déploiement d'une caméra piéton par patrouille, c'est une véritable révolution", se félicite Emmanuel Macron.

13h21 : "La formation n'est pas assez longue. Le temps de formation sera augmenté de quatre mois pour les gardiens de la paix et 50% de temps en plus pour les policiers et gendarmes", annonce Emmanuel Macron.

13h19 : "Quand on passe un concours, on attend en moyenne deux ans pour entrer à l'école. (...) Il nous faut nous fixer un objectif : six mois maximum entre le concours et l'entrée à l'école", annonce Emmanuel Macron.

13h19 : En 2022, le budget du ministère de l'Intérieur sera augmenté de 1,5 milliard d'euros, "c'est sans précédent", dit Emmanuel Macron. "85% des mesures sont pour du matériel, de l’investissement", précise-t-il.

13h16 : Emmanuel Macron souhaite que les plaintes en ligne soient disponibles dès 2023.

13h16 : Sur la prise en charge des victimes, Emmanuel Macron "veut faire mieux".

13h13 : "Je demande que le ministre puisse conduire des discussions sur les cycles horaires des forces de l'ordre", dit Emmanuel Macron.

13h12 : Emmanuel Macron veut "augmenter significativement, doubler sous 10 ans, la présence des policiers et gendarmes sur la voie publique".

13h10 : "Ecoutez toujours les critiques, n'écoutez jamais les cris de haine, les Français vous aiment", dit Emmanuel Macron qui fixe "une ambition claire" : "plus de bleu sur le terrain".

13h09 : "Cette loi sera présentée au Conseil des ministres en début d'année", précise le chef de l'Etat.

13h10 : "Nous porterons une loi de programmation pour les sécurités intérieures. Le but est de penser la police et la gendarmerie de 2030", annonce Emmanuel Macron.

13h07 : "Le ministère de l'Intérieur a aussi besoin de temps long. (...) On ne peut pas piloter une politique de sécurité à l'émotion, il faut ancrer les stratégies dans le temps long", dit Emmanuel Macron.

13h05 : Le chef de l'Etat veut une simplification drastique des cadres d'enquête et la généralisation des PV de synthèse pour les petits délits.

13h04 : "Je demande au garde des Sceaux, sous un mois, de faire un bilan des mesures pénales de simplification pour améliorer le travail des magistrats et forces de l'ordre", annonce Emmanuel Macron.

13h02 : "Les occupations illicites de hall d'immeubles seront soumises à des amendes-forfaitaires", annonce Emmanuel Macron.

12h58 : Le formalisme, la lourdeur des procédures est l'ennemi commun de nos forces de sécurité et de nos magistrats", assure Emmanuel Macron.

12h56 : "Nous n'avons le droit à aucune complaisance. Nous ne devons céder ni au déni ni à la facilité", poursuit Emmanuel Macron. "Il ne faut pas considérer que ce n'est pas par une mesure supplémentaire que nous allons tout régler". Le chef de l'Etat veut une réponse radicale sur deux sujets : la procédure pénale et le temps long.

12h58 : "Tout ne va pas bien non plus. Aussi vrai qu'il ne faut pas céder à la tyrannie des faits-divers, il ne faut pas non plus considérer que tout va bien. Ces statistiques ne disent pas tout de la violence latente qui s'est emparée de la société", affirme Emmanuel Macron.

12h51 : "36 attentats ont été déjoués depuis 2017", annonce le président qui évoque les autres résultats des forces de l'ordre : "baisse d'un quart des cambriolages depuis 2017, baisse de 20% de vols de véhicule en moins, 7837 trafics de stupéfiants démantelés".

12h49 : "Les ministres ont agi pour répondre à la situation de violences subies par nos forces de l'ordre. Des décisions ont été prises : la fin des remises de peine, l'incrimination spécifique des auteurs de violences contre les forces de l'ordre, l'observatoire pénal de suivi de ces violences", poursuit le président.