Allocution d’Emmanuel Macron : "Ça serait bien qu'il ne parle pas et qu'il fasse des choses", commentent des manifestants contre le racisme et les violences policières

Ils ont été plus de 20 000 en France à descendre dans la rue pour protester contre les discriminations. Ils attendent que dimanche soir, Emmanuel Macron livre "un discours clair" sur le sujet des violences policières.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La manifestation contre le racisme et les violences policières du 13 juin 2020 a réuni quelque 15 000 personnes place de la République à Paris. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Dans les rues autour de la place de la République à Paris, le cri de colère des manifestants a résonné jusque tard dans la soirée samedi, l’occasion de leur demander ce qu’ils attendent du discours d'Emmanuel Macron dimanche 14 juin au soir. "Bien sûr, il faut qu'il en parle !", s'exclame Romuald, venu de Massy, dans l'Essonne. Je ne lui demande pas de prendre position, mais d'essayer quand même de donner une ligne à la population parce que le silence, ça veut tout dire. Qu’il essaye de calmer les choses parce que la colère monte. Moi, je ne suis pas des plus coléreux. Mais si moi, je me retrouve là, c’est parce que j'en ai marre !".

D'une tribune, la sœur d'Adama Traoré a pris la parole pendant de longues minutes. "On demande à ce qu’il protège son peuple. Il est garant de notre sécurité. Il est garant de l'impunité policière. Il est garant qu'il n'y ait pas de violences policières. Nous attendons simplement qu'il prenne ses responsabilités, déclare la soeur du jeune homme, mort en 2016 lors de son interpellation. Un peuple l'a élu. Il n'y a pas de gouvernement, il n'y a pas de président sans peuple. Nous attendons un discours clair de sa part".

Un "pro de la com'"

Le problème, c'est qu'ils sont peu nombreux à croire à la clarté du discours du président. Catherine et Selma habitent Créteil, dans le Val-de-Marne. Elles sont étudiantes en sciences politiques et ne se font guère d'illusions.

Emmanuel Macron, c’est un pro de la com. Je pense qu'il va encore utiliser des éléments de langage. Il va tergiverser, dire qu'on est dans un État de droit, qu'on est tous à égalité. C'est faux. On le sait, on le voit, on le vit. C'est totalement faux.

Catherine, étudiante en sciences politiques

à franceinfo

"Je pense qu'il va peut-être en parler rapidement, poursuit Catherine. Il va forcément en parler parce que je pense que la rue fait peur à l'exécutif. Mais il va tergiverser et faire de la com comme à son habitude". Ce qui n'empêche pas Selma de souhaiter qu'il fasse mieux : "Ça serait bien qu'il ne parle pas et qu'il fasse des choses,  qu'il prenne de vraies mesures pour qu'il y ait justice pour toutes ces personnes qui ont été tuées par la police. C'est bien gentil de parler, c'est bien gentil de faire des discours, mais il y a un moment où ce n'est pas suffisant. Ce n'est jamais suffisant", dit-elle.

S'il veut convaincre, Emmanuel Macron devra donc dire les choses clairement et répondre à l'une des critiques revenue très souvent, l'impunité des policiers devenue systémique, selon les manifestants.

Valentin Dunate a recueilli la réaction des manifestants, place de la République à Paris.
--'--
--'--

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.