VIDEO. Attaque du commissariat de Champigny-sur-Marne : Gérald Darmanin veut interdire par une loi la vente au public des mortiers d'artifices

Le ministre de l'Intérieur a déclaré que ces dispositifs peuvent être considérés comme des armes par destination. 

Il veut légiférer. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin s'est rendu à Champigny-sur-Marne (Val de Marne), dimanche 11 octobre pour apporter son soutien aux forces de l'ordre, après l'attaque du commissariat. Sur place, il a affirmé sa volonté d'interdire par la loi la vente au public, sur internet, des mortiers d'artifice qui seront considérés comme "des armes par destination".

Dans la nuit de samedi à dimanche, une quarantaine de personnes ont utilisé des tirs de mortier d'artifice contre le commissariat de la ville, sans faire de blessés. Des vitres ont été brisées et plusieurs véhicules de police endomagés.

Des dispositifs détournés pour attaquer les forces de l'ordre

Les mortiers d'artifice, des engins pyrotechniques utilisés par les professionnels pour propulser des feux d'artifice, sont de plus en plus souvent détournés pour s'en prendre aux forces de l'ordre, dénoncent les syndicats policiers. Ce fut le cas en juillet contre trois commissariats des Yvelines, aux Mureaux, Fontenay-le-Fleury et Plaisir. En août, après la défaite du PSG en finale de la Ligue des Champions, ils ont également été utilisés contre des policiers à Paris. 

La législation a récemment changé afin d'empêcher que des citoyens lambda, sans habilitation, puissent en acheter dans des magasins de pyrotechnie. Mais ils restent disponibles sur internet. Le terme de "mortier" peut prêter à confusion, mais les engins utilisés n'ont rien à voir avec des armes de guerre.

Gérald Darmanin en visite au commissariat de Champigny-sur-Marne, le 11 octobre 2020. 
Gérald Darmanin en visite au commissariat de Champigny-sur-Marne, le 11 octobre 2020.  (FRANCEINFO)