Paris : un policier grièvement blessé par une bombe artisanale lors de la manifestation des pompiers

La contestation dans les rues de la capitale mardi avait donné lieu à des affrontements entre pompiers et forces de l'ordre.

Des affrontements éclatent entre les pompiers et la police, le 28 janvier 2020 dans les rues de Paris.
Des affrontements éclatent entre les pompiers et la police, le 28 janvier 2020 dans les rues de Paris. (JEROME GILLES / NURPHOTO / AFP)

Un policier a été grièvement blessé par une bombe artisanale, mardi 28 janvier, lors de la manifestation des pompiers à Paris, a appris franceinfo auprès de la préfecture de police, confirmant une information de 20 minutes. L'homme a été touché par des éclats de l'engin explosif dans le mollet et sous la voûte plantaire et a dû être transporté à l'hôpital Béguin. Il a été opéré dans la nuit. Le préfet de police, Didier Lallement, est allé lui rendre visite mercredi matin. La préfecture "déplore 28 blessés, dont 14 parmi les forces engagées (9 gendarmes et 5 policiers)".

Selon le communiqué de la préfecture, de "nombreux manifestants, la plupart revêtus de tenues de feu, se sont efforcés à de nombreuses reprises d'enfoncer les barrages installés en travers du cours de Vincennes". Les forces de l'ordre ont utilisé des lanceurs d'eau et du gaz lacrymogène pour disperser la foule. Les pompiers demandaient notamment la revalorisation de leur prime de feu, une sorte de prime de risque. Des pompiers se sont symboliquement immolés (sans se blesser) pour faire entendre leurs demandes.

Les syndicats de pompiers professionnels ont annoncé en fin de journée, mardi, la fin de leur mobilisation, lancée à l'été après avoir obtenu des engagements du gouvernement en matière salariale et de retraites, tout en restant vigilants pour défendre une profession "sur-sollicitée" et "à bout".