Un homme dans le coma après une garde à vue à Créteil : ce que l'on sait de l'enquête

Un homme a été victime d'un accident vasculaire cérébral qui pourrait laisser de graves séquelles, après avoir été maîtrisé par plusieurs policiers, dans un commissariat.

L\'hôtel de police de Créteil (Val-de-Marne), le 28 octobre 2013.
L'hôtel de police de Créteil (Val-de-Marne), le 28 octobre 2013. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Le parquet de Créteil (Val-de-Marne) a annoncé, jeudi, l'ouverture d'une information judiciaire, après l'accident vasculaire cérébral (AVC) d'un homme, alors qu'il était entendu au commissariat de Créteil, la semaine précédente. Vendredi 3 août, l'homme est toujours hospitalisé et pourrait souffrir de lourdes séquelles.

Que s'est-il passé au commissariat de Créteil ?

Le quadragénaire, père de trois enfants, est convoqué au commissariat de Créteil mardi 24 juillet, après le dépôt par sa compagne d'une main courante pour violences conjugales. Lors de son audition, les policiers constatent qu'il fait en outre l'objet de deux fiches judiciaires. Condamné en son absence pour des délits routiers, il est recherché car il n'a pas effectué les peines prononcées. Dans ces circonstances, les policiers essaient de joindre le parquet, pour l'avertir que l'homme est présent au commissariat. En l'absence de réponse du bureau du procureur, les policiers placent l'homme en garde à vue pour la nuit.

Mercredi, le parquet demande finalement aux policiers de laisser l'homme partir, avec une nouvelle convocation au tribunal liée à l'application des peines et amendes concernant les deux délits routiers. "Au moment où on lui a remis sa date de convocation, il s'est énervé parce qu'elle ne lui convenait pas, rapporte une source policière à l'AFP. Il était très virulent, il a fallu quatre ou cinq policiers pour le maîtriser." L'un des policiers pratique alors une clé d'étranglement, selon les informations de France 3L'homme est ensuite "victime d'un malaise", d'après le parquet, et transféré à l'hôpital de Créteil.

Quel est l'état de santé de l'homme ?

Selon le parquet, l'homme a fait un AVC et s'est vu délivrer une interruption temporaire de travail (ITT) de 30 jours. Il s'est réveillé après cinq jours de coma, précise France 3, et est toujours hospitalisé.

Selon une source policière citée par France 3, l'homme est hémiplégique et aurait perdu l'usage de la parole. Ce que confirme le témoignage de son épouse. "Je sens qu'il veut me dire quelque chose, mais il n'arrive pas à parler", raconte-t-elle à France 3. "Sa main droite ne bouge pas", selon elle, son pied droit non plus.

Où en est l'enquête ?

L'épouse de l'homme pense "qu'il a été violenté là-bas". "Quand je demande à la police ce qu'il s'est passé, ils me disent qu'ils n'ont rien à me dire. Je veux juste connaître la vérité", dit-elle encore à France 3.

Le policier qui a pratiqué cette clé a-t-il respecté les règles ? Le syndicat Alliance, dont il est adhérent, le défend. "Se mettre à cinq pour maîtriser un individu, ça démontre la violence de l'individu envers mes collègues, estime Yoann Maras, secrétaire général du syndicat dans le Val-de-Marne. Les policiers ont utilisé des techniques que l'on apprend en école de police pour maîtriser un individu violent."

Pour le parquet, "une interrogation sur la cause originelle exacte de cet AVC" demeure, après une première expertise par un médecin légiste. "Il est impératif d'établir avec précision cette ou ces causes par la réalisation d'une expertise médicale." Le parquet a donc ouvert une information judiciaire et l'inspection générale de la police nationale (IGPN) a été saisie. 

De leur côté, cinq policiers du commissariat de Créteil ont porté plainte pour violences de la part du quadragénaire.