Manifestations : comment faire face à la violence des casseurs ?

Au lendemain des violences commises en marge des manifestations contre la loi "sécurité globale", les polémiques sur le maintien de l'ordre ressurgissent. Samedi 5 décembre, 95 personnes ont été arrêtées tandis que les forces de l'ordre comptent 67 blessés.    

France 3

Des vitrines mises à sac, des véhicules incendiés et des policiers forcés de reculer sous une pluie de projectiles : il s'agit des actes de violence et de casse perpétrés par 400 à 500 black blocs sur le parcours de la manifestation parisienne survenue samedi 5 décembre. Face à ces individus violents et très mobiles, faut-il aller au contact, au risque de blesser, ou se maintenir à distance ? La question du commandement sur le terrain est cruciale.  

Retirer systématiquement le mobilier urbain ? 

"Il y a des situations où les forces de l'ordre pourraient être un petit peu plus dynamiques, estime le général Bertrand Cavalier, spécialiste du maintien de l'ordre. Actuellement, tout se commande depuis une salle opérationnelle, ce qui fait qu'il y a une certaine lenteur, une certaine inertie dans les bascules de force". Autre solution pour limiter la casse : retirer systématiquement le mobilier urbain, qui peut servir de projectile, et barricader les banques et vitrines qui se trouvent sur le parcours des manifestations. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Des policiers dispersent des manifestants, place de la République à Paris, à la fin de la mobilisation contre la proposition de loi sur la \"sécurité globale\", le 5 décembre 2020.
Des policiers dispersent des manifestants, place de la République à Paris, à la fin de la mobilisation contre la proposition de loi sur la "sécurité globale", le 5 décembre 2020. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)