Essonne : encore des affrontements entre des individus et la police dans le quartier des Tarterêts à Corbeil-Essonnes

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Essonne : encore des affrontements entre des individus et la police dans le quartier des Tarterêts à Corbeil-Essonnes
FRANCE 2
Article rédigé par
H. Puffeneyn L. Berbey, S. Agrabi, Franec 3 Île-de-France, R. Laurentin - France 2
France Télévisions

Depuis plusieurs jours, dans la cité des Tarterêts à Corbeil-Essonnes (Essonne), des affrontements ont lieu entre les forces de l'ordre et des groupes d'individus. Mercredi 8 septembre, en fin de journée, un fourgon de police a été attaqué par plusieurs dizaines de personnes. Après plusieurs nuits d'échauffourées, une interpellation aurait déclenché ce nouvel épisode de violence. 

Mercredi 8 septembre, un fourgon de police a été attaqué par des individus masqués dans la cité des Tarterêts à Corbeil-Essonnes (Essonne). Ces derniers ont lancé des bouteilles incendiaires, des pierres et des mortiers d'artifice en direction du véhicule et des agents de police. L'un des individus aurait même tiré avec une arme de poing. Ce guet-apens et la violence de ces affrontements qui durent depuis plusieurs jours inquiètent les syndicats de police. 

Une arrestation dégénère

"On a assisté à une scène de violence urbaine, de guérilla urbaine où nos collègues ont été attendus par une vingtaine d'individus", raconte Claude Carillo, du syndicat Alliance Police Nationale. À l'origine, les policiers étaient appelés pour un rodéo urbain. Un conducteur de scooter faisait des roues arrière sans casque sur le trottoir. Arrêté, il se serait rebellé contre les forces de l'ordre. En tentant d'approcher, la mère de l'individu a reçu du gaz lacrymogène. "Elle ne doit pas être gazée, faut faire attention à leurs méthodes", conteste un collectif d'habitants. Pour la préfecture, le policier n'a commis aucune faute, aucune enquête n'a été ouverte. Les affrontements ont commencé jeudi 2 septembre dans le quartier des Tarterêts. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.