Deux militaires impliqués dans une rixe au couteau pendant la Fête de la musique à Paris, une personne gravement blessée

Quatre personnes ont été placées en garde à vue samedi après une rixe à Paris pendant la Fête de la musique. Une personne a été gravement blessée. Deux militaires sont impliqués.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Quatre personnes ont été placées en garde à vue. (PATRICK LEFEVRE / MAXPPP)

Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour tentative d'homicide volontaire à la suite d'une rixe survenue durant la Fête de la musique à Paris, dans la nuit de vendredi 21 juin à samedi 22 juin. Une personne est grièvement blessée. Selon les premiers éléments de l'enquête, deux militaires sont impliqués, rapporte samedi France Bleu Paris. En tout, quatre personnes ont été placées en garde à vue après cette rixe au couteau. Le pronostic vital de la personne blessée gravement n'est plus engagé, précise le parquet de Paris.

Cette période de garde à vue doit notamment servir à éclaircir le profil des interpellés. "Leur statut est en cours de vérification", fait savoir le parquet, mais selon une source policière jointe par France Bleu Paris, deux militaires sont impliqués dans cette bagarre. Les faits se sont produits à 2 heures du matin dans la nuit de vendredi à samedi, rue Didot dans le 14e arrondissement de Paris. Sur place, les policiers ont "séparé six personnes".

Enquête ouverte pour tentative d'homicide volontaire 

D'après les premiers éléments de l'enquête sur l'origine de cette rixe, les "deux militaires ont abordé une femme", s'en est suivie une altercation impliquant le compagnon et un ami du couple. "L'un des militaires a alors sorti un couteau" et a blessé "plusieurs personnes", a poursuivi la même source. L'enquête ouverte pour tentative d'homicide volontaire a été confiée au commissariat du 14e arrondissement. Les investigations se concentrent dans un premier temps sur le déroulé des événements, notamment sur "le degré d'implication de chacun des mis en cause", explique le parquet.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.