Décès d'un livreur : enquête ouverte sur son interpellation

Est-ce un accident ou une bavure ? Un livreur à scooter de 42 ans est mort dimanche 5 janvier après avoir été hospitalisé à la suite d'un contrôle routier vendredi 3 janvier. Il avait été interpellé alors qu'il téléphonait en conduisant. Selon l'autopsie, il aurait succombé à une asphyxie après une fracture du larynx.

France 2

Les gestes pratiqués par des policiers pour interpeller un livreur plaqué au sol ont-ils provoqué sa mort ? Selon le procureur de la République, les premiers résultats de l'autopsie établissent une "manifestation asphyxique avec une fracture du larynx". L'homme avait aussi un état antérieur cardiovasculaire. Cédric Chouviat fait un malaise cardiaque alors qu'il était interpellé pour un contrôle routier.

La famille a décidé de porter plainte

Transporté à l'hôpital après un malaise cardiaque, il décède deux jours plus tard. Sur des images filmées par un passant, l'échange entre le livreur et les policiers semble virulent. Selon la police, l'homme téléphonait en conduisant, il était agressif et refusait d'être interpellé. La scène se passe vendredi 3 janvier vers 10 heures en plein Paris. La famille a décidé de porter plainte. "Je ne réfute pas l'hypothèse qu'il ait pu être insultant. Mais, est-ce que pour autant il mérite ce qu'il lui est arrivé ?", explique sa femme Doria Chouviat.

Le JT
Les autres sujets du JT
Depuis le début de l\'année, 59 agents ont mis fin à leurs jours selon un décompte de la police nationale, contre 35 en 2018.
Depuis le début de l'année, 59 agents ont mis fin à leurs jours selon un décompte de la police nationale, contre 35 en 2018. (DENIS MEYER / HANS LUCAS / AFP)