Tuerie à la préfecture de police : la garde à vue de Hadama Traoré, qui voulait manifester en soutien à Mickaël Harpon, a été levée mais l'enquête continue

Le préfet a interdit cette manifestation qui devait se dérouler jeudi à Gonesse. 

Hadama Traoré à Aulnay-sous-Bois en 2017
Hadama Traoré à Aulnay-sous-Bois en 2017 (MAXPPP)

Hadama Traoré qui voulait organiser une manifestation de soutien à Mickaël Harpon, jeudi 10 octobre à Gonesse (Val-d'Oise) est sorti de 24 heures de garde à vue en Seine-Saint-Denis où il réside, a appris franceinfo de source judiciaire. Il appelait à un rassemblement pour soutenir l'auteur de l'attaque à la préfecture de police de Paris qui a fait quatre morts.

Toutefois, l'enquête préliminaire ouverte pour "apologie du terrorisme", "menaces et actes d'intimidation sur une personne exerçant une fonction publique ou d'utilité collective", "menaces de crime contre les personnes", et "outrage" se poursuit, notamment afin d'exploiter des "données numériques" saisies au cours de la perquisition à son domicile, a précisé cette même source.

Une vidéo où il relativise l'attaque

Comme le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner l'a demandé mercredi, le préfet du Val-d'Oise a publié un arrêté interdisant la manifestation qui était prévue à Gonesse jeudi en soutien à Mickaël Harpon, avait indiqué la préfecture dans un communiqué.

L'objet déclaré de la manifestation, organisée par Hadama Traoré, était notamment "de rendre hommage aux policiers assassinés à la préfecture de police, de dénoncer la désinformation médiatique et politique..." Mais le préfet dit avoir pris en considération, pour prendre cet arrêté d'interdiction, les propos tenus par Hadama Traoré sur les réseaux sociaux. Ces propos laissent entendre, selon le préfet, qu'il "soutient" Mickaël Harpon en "relativisant" l'attaque qu'il a commise.