Attaque à la préfecture : la Légion d'honneur sera remise aux victimes à titre posthume

Une cérémonie d'hommage est prévue mardi dans la cour de la préfecture de police de Paris. Les quatre fonctionnaires poignardés à mort seront décorés.

La façade de la préfecture de police de Paris après l\'attaque commise en son sein, jeudi 3 octobre 2019.
La façade de la préfecture de police de Paris après l'attaque commise en son sein, jeudi 3 octobre 2019. (DENIS MEYER / HANS LUCAS / AFP)

Les quatre victimes tuées dans l'attaque commise à la préfecture de police de Paris seront décorées de la Légion d'honneur lors de la cérémonie nationale d'hommage, annonce l'Elysée, lundi 7 octobre. Ces quatre fonctionnaires, dont trois policiers, ont été tués par leur collègue Mickaël Harpon, qui "aurait adhéré à une vision radicale de l'islam", selon le procureur antiterroriste.

La cérémonie se tiendra mardi dans la cour de la préfecture de police et se déroulera en deux temps. A 10h40, le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, remettra d'abord la Légion d'honneur, à titre posthume, aux quatre fonctionnaires poignardés à mort par Mickaël Harpon, employé de la Direction du renseignement de la préfecture de police de Paris (DRPP).

Puis, à 11 heures, Emmanuel Macron présidera une cérémonie au cours de laquelle il prendra la parole, a précisé lundi l'Elysée, accompagné du Premier ministre, Edouard Philippe, et des ministres de la Justice, Nicole Belloubet, et des Armées, Florence Parly. A l'issue de cette cérémonie, le chef de l'Etat s'entretiendra en privé avec les familles des victimes.

Le policier qui a abattu le tueur sera aussi décoré

Le policier stagiaire qui a tué l'assaillant recevra lui aussi la Légion d'honneur. Ce gardien de la paix de 24 ans, qui souhaite rester anonyme, a toutefois demandé que la décoration lui soit remise "à une date ultérieure".

Le jeune homme n'était présent à la préfecture que depuis six jours quand il s'est retrouvé dans la cour face à Mickaël Harpon, qui venait de poignarder quatre collègues dans les locaux. Après plusieurs sommations pour lui demander de se rendre, et voyant qu'il courait dans sa direction en pointant son couteau, il a tiré à deux reprises et l'a tué.