Attaque à la préfecture de police : "L'organisation de cet acte terroriste ne permet pas de présumer que ce serait un système organisé", affirme Christophe Castaner

Le ministre de l'Intérieur s'exprimait sur France Inter, quatre jours après l'attaque qui a fait quatre morts. "Mais je ne peux pas vous garantir qu'il n'a pas utilisé ses accès pour donner des informations" à l'extérieur, a-t-il ajouté.

Christophe Castaner, le 3 octobre 2019 à Paris, juste après l\'attaque de la préfecture de police, qui a fait 4 morts.
Christophe Castaner, le 3 octobre 2019 à Paris, juste après l'attaque de la préfecture de police, qui a fait 4 morts. (IAN LANGSDON / EPA)

"L'organisation telle qu'elle apparaît de cet acte terroriste ne permet pas de présumer que ce serait un système organisé avec une cellule organisée", a assuré Christophe Castaner, lundi 7 octobre sur France Inter, quatre jours après l'attaque à la préfecture de police de Paris perpétrée par un agent de maintenance informatique.

"Le fait que son épouse soit sortie hier dès la fin de sa garde à vue est peut-être un indicateur mais il ne m'appartient pas d'en juger", a ajouté le ministre de l'Intérieur, qui souhaite par ailleurs que toute alerte fasse désormais l'objet d'un signalement automatique.

L'assaillant pourrait avoir utilisé ses accès pour donner des informations à l'extérieur

"Mais je ne peux pas vous garantir qu'il n'a pas utilisé ses accès pour donner des informations" [à l'extérieur], a toutefois précisé Christophe Castaner. L'assaillant bénéficiait d'une habilitation secret défense. "C'est la raison pour laquelle nous avons demandé une enquête interne pour que, le plus rapidement possible, nous puissions vérifier cela, mais au moment où je vous parle, rien ne l'indique", a souligné Christophe Castaner.

"L'ensemble des pièces informatiques dont il avait disposition ont été saisies dans le cadre de l'enquête judiciaire mais je fais toute confiance au procureur national antiterroriste et aux équipes judiciaires qui sont sur ce dossier pour vérifier cela en premier et pour faire en sorte que s'il y avait une quelconque menace elle soit neutralisée."