VIDEO. Attaque à la préfecture de police : l'émotion des proches de victimes

Un hommage a été rendu mardi 8 octobre aux quatre fonctionnaires tués dans l'attaque à la préfecture de police de Paris, perpétrée jeudi dernier par Mickaël Harpon, leur collègue radicalisé. Qui étaient les quatre policiers décédés ? Quels étaient leurs parcours ?

France 2

À la mairie de Combs-la-Ville (Seine-et-Marne), le drapeau est en berne et un registre de condoléances a été ouvert pour rendre hommage à Aurélia Trifiro, l'une des quatre victimes de l'attaque à la préfecture de police de Paris, commise jeudi 3 octobre. Âgée de 39 ans, cette gardienne de la paix était mère de deux fils de 5 et 8 ans. Le responsable du club de football de la ville dresse le portrait d'une femme très appréciée qui ne ratait jamais les entraînements de ses enfants, avec son mari. Des quatre victimes, Aurélia Trifiro était la seule femme. Selon ses proches, elle rêvait depuis toute petite d'intégrer la police.

Des collègues dévoués à leur mission

Brice Le Mescam, 38 ans, agent administratif au renseignement de la préfecture, avait lui intégré la police sur le tard. Ce Montpelliérain d'origine s'était d'abord rêvé comédien. Il avait notamment étudié le théâtre au cours Florent. Ses amis décrivent un homme drôle et énergique. Anthony Lancelot, lui aussi, n'avait que 38 ans. Gardien de la paix et père de deux enfants, il avait commencé sa carrière à Orléans (Loiret). Damien Ernest, 50 ans, avait lui vingt-huit ans de service. Ce major de police, également père de deux enfants, était selon ses collègues un policier dévoué. Damien Ernest est la première victime de l'assaillant, dont il était le voisin de bureau depuis plusieurs années.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des agents de police devant la préfecture de police de Paris, après l\'attaque qui a fait quatre morts, le 3 octobre 2019.
Des agents de police devant la préfecture de police de Paris, après l'attaque qui a fait quatre morts, le 3 octobre 2019. (JULIEN MATTIA / AFP)