Attaque à la préfecture de police : des questions sur le mobile

L'enquête sur l'attaque à la préfecture de police de Paris se poursuit. Le 3 octobre 2019, quatre personnes avaient été tuées à l'arme blanche par un salarié de la préfecture. Le préfet est auditionné devant la commission de l'Assemblée nationale mercredi 30 octobre. Charlotte Gillard, journaliste de France Télévisions fait le point.

France 3

Plus d'un mois après l'attaque au couteau du 3 octobre à la préfecture de Paris, les investigations se poursuivent au sein du parquet antiterroriste. "Quels sont les motifs qui ont poussé Mickaël Harpon au drame ? Toutes les pistes sont envisagées. S'agit-il d'un acte idéologique ? Ou bien s'agit-il d'un geste lié à un délire mystique sur fond de frustration professionnelle comme le laisse entendre son épouse depuis le début des auditions ?", nous explique Charlotte Gillard, en direct de l'Assemblée nationale.

Quels ont été les dysfonctionnements ?

Mercredi 30 octobre s'ouvre à l'assemblée une commission d'enquête parlementaire. "Le préfet de police de Paris sera entendu sur ces questions : pourquoi les signes de radicalisation de Mickaël Harpon n'ont pas été détectés? A-t-il pu avoir accès à des informations sensibles ?" questionne la journaliste de France 3. Didier Lallement va devoir s'expliquer sur tous ces dysfonctionnements.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'enquête sur l\'attaque à la préfecture de police de Paris se poursuit. Le 3 octobre 2019, quatre personnes avaient été tuées à l\'arme blanche par un salarié de la préfecture. Le préfet est auditionné devant la commission de l\'Assemblée nationale mercredi 30 octobre. Charlotte Gillard, journaliste de France Télévisions fait le point.
L'enquête sur l'attaque à la préfecture de police de Paris se poursuit. Le 3 octobre 2019, quatre personnes avaient été tuées à l'arme blanche par un salarié de la préfecture. Le préfet est auditionné devant la commission de l'Assemblée nationale mercredi 30 octobre. Charlotte Gillard, journaliste de France Télévisions fait le point. (FRANCE 3)