Radicalisation : sept policiers privés d'arme depuis l'attaque de la préfecture

Près d'un mois après l'attaque à la préfecture de police de Paris qui a coûté la vie à quatre fonctionnaires, le préfet de police s'est exprimé mercredi 30 octobre devant les députés. Il a indiqué que plusieurs policiers ont été privés de leur arme pour radicalisation depuis cette attaque.

FRANCE 2

Une vigilance renforcée a été mise en place pour repérer les fonctionnaires radicalisés. Changement d'apparence physique, propos ou comportements suspects… Ces signes font plus souvent l'objet d'un signalement. Mercredi 30 octobre, en commission d'enquête à l'Assemblée nationale, le préfet de police a dévoilé les premiers résultats : 48 signalements, dont 33 depuis le 3 octobre, la date de l'attaque. "Sur l'ensemble des signalements, il y en a douze qui ont amené à désarmer les agents, dont sept depuis le 3 octobre", a ainsi indiqué le préfet de police de Paris, Didier Lallement.  

La piste terroriste s'éloigne  

Il a aussi indiqué que la radicalisation de l'assaillant Mickaël Harpon n'avait pas été détectée. S'il s'était réjoui de l'attentat à "Charlie Hebdo", ses collègues n'avaient pas voulu en faire un signalement écrit. Depuis les perquisitions à son bureau et à son domicile, l'enquête progresse sur son profil. A-t-il agi sur ordre d'un réseau terroriste ? Selon les informations France 2, cette hypothèse s'éloigne. Aucun testament ou revendication n’aurait été retrouvé.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le préfet de police de Paris, Didier Lallement, lors d\'une conférence de presse, le 30 avril 2019 à Paris. 
Le préfet de police de Paris, Didier Lallement, lors d'une conférence de presse, le 30 avril 2019 à Paris.  (ALAIN JOCARD/AFP)