Adolescents morts à Grenoble : l'avocat de la famille d’Adam dénonce l'opération "disproportionnée" de la police

Interrogé par France Bleu Isère, l'avocat de la famille d'Adam, l'un des deux adolescents morts dans le quartier Mistral à Grenoble samedi, dénonce une opération des forces de l'ordre "disproportionnée".

Un graffiti sur la façade d\'une pharmacie, à Grenoble, le 2 mars 2019.
Un graffiti sur la façade d'une pharmacie, à Grenoble, le 2 mars 2019. (JEAN-PIERRE CLATOT / AFP)

Les obsèques d'Adam, l'un des deux adolescents morts dans le quartier Mistral à Grenoble samedi, ont lieu mercredi 6 mars après-midi à Échirolles. Une marche blanche partira ensuite du quartier Mistral en direction du lieu du drame. Les deux adolescents sont morts alors qu'ils tentaient de fuir un contrôle de police. Interrogé par France Bleu Isère, l'avocat de la famille d'Adam dénonce une opération des forces de l'ordre "disproportionnée".

"La police aurait dû stopper son intervention"

Me Giraud estime que la police aurait dû "stopper" son intervention en voyant que les individus étaient "non casqués", que cela faisait courir un risque "disproportionné" aux deux jeunes et "sachant pertinemment que la moindre chute sera dramatique".

Si vous poursuivez la répression ou la sanction d'une contravention vous ne pouvez pas décemment exposer la personne à un risque de mort à l'occasion de cette poursuite.Me Giraudà France Bleu Isère

"C'est une famille éplorée, poursuit l'avocat [...] qui se pose beaucoup de questions légitimes." "Un jeune garçon sur un scooter, ce sont des faits qui, pour les services de police, sont courants, surtout aux abords de certains quartiers. [...] Un mineur ou un très jeune majeur occupé à s'amuser à faire des tours sur un scooter [...] sans casque [...] On sait à qui on a affaire". 

La famille du jeune homme décédé a décidé de se constituer partie civile dans cette affaire, toujours selon France Bleu Isère.