Paris : deux hommes de 18 et 23 ans interpellés en flagrant délit après une série de cambriolages dans des appartements des beaux quartiers

Les deux cambrioleurs présumés doivent être jugés en comparution immédiate. Ils sont suspectés d'au moins sept cambriolages.

Paris.
Paris. (GOOGLE MAPS)

Deux hommes âgés de 18 et 23 ans ont été déférés vendredi 22 mai devant le parquet de Paris et doivent être jugés en comparution immédiate pour une série de cambriolages en plein jour dans les beaux quartiers parisiens, a appris franceinfo de source policière. Ils ont été interpellés en flagrant délit mercredi par les hommes de la brigade de répression du banditisme (BRB), avec des sacs remplis de bijoux et d’objets de valeur, au terme d’une filature de plusieurs heures. Le plus âgé d’entre eux est très défavorablement connu de la police et de la justice, pour des faits de cambriolage notamment.

Le 16 mai dernier, alors qu’ils circulent en voiture dans Paris, ils sont repérés une première fois par les hommes du groupe de répression des vols par effraction de la BRB, qui patrouillaient dans le 6e arrondissement de la capitale. "Ils avaient un comportement suspect, ils tournaient en rond et ralentissaient devant les façades des immeubles", indique une source proche de l’enquête à franceinfo.

Une filature de plusieurs heures

Les deux cambrioleurs présumés sont visiblement en train de repérer les immeubles, à la recherche d’appartements désertés par leurs résidents partis en week-end. L’immatriculation du véhicule met aussi la puce à l’oreille des policiers. "La voiture appartenait selon notre fichier à un garage. C’est un mode opératoire bien connu de certains cambrioleurs, pour paraître plus discret", détaille un policier. La filature dure plusieurs heures, et permet d’identifier formellement le suspect, et de découvrir son complice.

Quatre jours plus tard, les policiers prennent à nouveau les deux individus en filature. Ils les suivent, très discrètement, dans les 4e et 5e arrondissement de la capitale, où les cambrioleurs passent à l’action. En huit heures de filature, jusqu’à leur arrestation, les deux hommes vont visiter sept appartements.

Ils entrent facilement dans les résidences grâce à un passe VIGIK - un badge magnétique dont disposent certains livreurs et qui permet d’accéder à la plupart des immeubles - et se livrent à une première reconnaissance. Ils sonnent à toutes les portes, pour établir si les gens sont chez eux ou non. Puis, ils ressortent tranquillement prendre leur matériel de cambrioleur dans la voiture, et remontent visiter les logements ciblés. À chaque fois, ils dérobent des bijoux et des objets de valeurs.

Suspectés d'au moins sept cambriolages

Mercredi, alors qu’ils ressortent du hall d’un immeuble avec des sacs remplis de bijoux, les deux hommes sont interpellés en flagrant délit. Ce jour là, ils ont visité cinq appartement dans le 5e arrondissement de la capitale - dont quatre dans la même résidence, en plein jour, sans être inquiété ! - et deux autres dans le 4e arrondissement.

Une perquisition à leur domicile a ensuite permis aux enquêteurs de mettre la main sur d’autres bijoux. Au moins sept cambriolages leur sont imputés, mais leur nombre pourrait augmenter dans les prochains jours. La majorité des victimes, encore en week-end, n’ont en effet pas encore déposé plainte.