Près d'un Français sur six ne sait pas nager

Les 65 ans et plus n'étaient encore que 64,7% à savoir nager en 2016, contre 95% des 15-24 ans, selon une étude parue dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire, mardi.

Des nageurs participent au Défi Monte-Cristo, le 23 juin 2017 au château d\'If, au large de Marseille (Bouches-du-Rhône).
Des nageurs participent au Défi Monte-Cristo, le 23 juin 2017 au château d'If, au large de Marseille (Bouches-du-Rhône). (BORIS HORVAT / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Plus d'un Français sur sept déclare ne pas savoir nager, selon une étude publiée mardi 18 juillet. Cette incapacité est une des causes majeures de noyades, responsables de près de 500 morts accidentelles chaque été en France. D'une manière générale, plus les participants à l'étude sont jeunes, plus la proportion de personnes sachant nager est élevée, selon cette estimation parue dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l'agence sanitaire Santé publique France.

>> "Se baigner sans danger", brochure de l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes)

L'apprentissage de la nage à l'école a été bénéfique

En la matière, quelques progrès ont tout de même été réalisés. En 2016, 83,7% des 15-75 ans vivant en France métropolitaine déclaraient savoir nager, contre 81,3% en 2010. "L'apprentissage de la nage à partir des années 1960, notamment en milieu scolaire, est probablement à l'origine de l'amélioration considérable de l'aptitude à la nage de la population, en particulier chez les femmes", selon eux.

En revanche, beaucoup des 55-75 ans ne savent pas nager, alors qu'il s'agit d'une tranche d'âge particulièrement concernée par les noyades, souligne le BEH, qui rappelle que l'apprentissage "peut se faire à tout âge". Les 65 ans et plus n'étaient encore que 64,7% (56,8% en 2010) à savoir nager en 2016, contre 95% des 15-24 ans. Par ailleurs, bien qu'il ait fortement diminué, l'écart persiste entre les hommes et les femmes, ces dernières déclarant moins souvent savoir nager (78% en 2016, contre 89% des hommes).

Davantage de nageurs en Paca que dans les Hauts-de-France

Plus généralement, il existe des disparités régionales, puisque la capacité à nager est plus élevée chez les habitants de Provence-Alpes-Côte-d'Azur et de Corse, d'Auvergne-Rhône-Alpes, de Nouvelle-Aquitaine, d'Occitanie et d'Ile-de-France, et moins élevée chez ceux des Hauts-de-France. Savoir nager est d'abord associé aux milieux favorisés, ajoute l'article du BEH qui rappelle que "la nage fait partie des activités physiques recommandées pour le bien-être et la santé".

Chez les enfants de 1 à 4 ans, les noyades constituent "la deuxième cause de décès accidentel après les accidents de la circulation". Une étude américaine a montré qu'une participation à des séances de natation au plus jeune âge réduit de 88% les risques de noyades dans cette tranche d'âge, relève le BEH.

Les questions sur la capacité à nager ont été posées à 7 042 personnes en 2010 et 4 315 en 2016, lors des enquêtes du Baromètre santé 2010 et 2016.