Nîmes : un enfant de 10 ans tué dans une fusillade

La voiture d'un homme, qui rentrait du restaurant avec ses neveux à bord, a été prise dans une fusillade. Une enquête pour assassinat en bande organisée est ouverte.
Article rédigé par franceinfo - avec France Bleu Gard Lozère
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Le quartier Pissevin à Nîmes (Gard), théâtre de plusieurs fusillades en quelques jours dont deux mortelles depuis le 18  août 2023. (GOOGLE MAPS)

Un enfant de 10 ans a été tué dans une fusillade survenue dans la nuit du lundi 21 au mardi 22 août à Nîmes (Gard), ont appris France Bleu Gard Lozère et franceinfo de sources concordantes, confirmant une information d'Actu17. La procureure de la République de Nîmes Cécile Gensac a indiqué mardi à la mi-journée qu''une enquête pour assassinat en bande organisée était ouverte.

Les faits se sont déroulés dans le quartier Pissevin, en ZUP (zone à urbaniser en priorité), au sud-ouest de la ville. Aux alentours de 23 heures, un homme qui habite le quartier rentrait d'un restaurant en voiture avec ses deux neveux de 7 et 10 ans, quand la fusillade a éclaté.

Les suspects en fuite

L'automobiliste - blessé par balles au niveau du dos - tentait de se garer, quand quatre personnes cagoulées, selon des témoins, sont arrivées en voiture, une information confirmée de source proche de l'enquête à franceinfo. Au moins l'une d'elles a ouvert le feu. L'homme a immédiatement redémarré et s'est dirigé à l'hôpital. De source proche de l'enquête à franceinfo, il présentait au moins trois impacts de balles dans le dos. Il pensait que son neuveu de 10 ans était sorti de la voiture au moment des tirs, quand il a redémarré. En fait, ce dernier était coincé dans sa ceinture de sécurité à l'extérieur de la voiture. Il a donc été traîné sur la chaussée sur plusieurs centaines de mètres. L'enfant de 10 ans est mort quelques minutes après son arrivée au CHU. Le médecin légiste a constaté qu'il présentait également une plaie par balle dans le dos. L'oncle n'est pas connu des services de police. Son autre neveu est indemne.

Les suspects ont pris la fuite en voiture. Ils étaient "à bord d'un véhicule volé qui a été retrouvé quelque temps plus tard à proximité", affirme à France Bleu Gard Lozère François-Xavier Debonneville, secrétaire départemental adjoint d'Alliance Police nationale dans le Gard. Il condamne cet "événement terrible et inadmissible" qui a fait "une victime collatérale, qui plus est un enfant". Sur les lieux du drame, les enquêteurs ont retrouvé une dizaine de douilles. L'enquête a été confiée à la police judiciaire de Nîmes.

Des fusillades à répétition, sans lien établi

Dans un tweet publié mardi matin, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, parle d'un "règlement de comptes entre trafiquants". Ce "drame immense ne restera pas impuni", promet le ministre qui annonce une intensification de la présence policière.

"On monte dans l'échelle de la violence et de la délinquance", réagi de son côté auprès de France Bleu Gard Lozère la secrétaire départementale du syndicat SGP Police Sandy Issartel. En effet, la fusillade de lundi soir survient dans un contexte tendu. Samedi soir, des coups de feu ont été tirés dans le quartier sensible voisin du Valdegour, entre quatre personnes sur deux scooters et des individus dans une voiture, a appris franceinfo de source policière. Il n'y a pas eu de blessé. Deux hommes de 18 et 20 ans ont été interpellés et placés en garde à vue. De source policière, les deux individus sont actuellement écroués. Une voiture volée, soupçonnée d'être impliquée dans cette fusillade, a été découverte, ainsi qu'une douzaine d'étuis de calibre 9 mm et 7,62 mm. Sandy Issartel rappelle que son syndicat a déjà réclamé à plusieurs reprises "du matériel et des renforts". "Maintenant il faut taper du poing sur la table, faire venir du monde de partout", plaide-t-elle. 

Une autre fusillade avait eu lieu dans la nuit de dimanche à lundi, vers 1h30, toujours à Nîmes, place Avogadro, dans la même zone. De source proche de l'enquête, une personne mineure de 14 ans a été blessée par balles à plusieurs endroits : au niveau du dos, de l'omoplate gauche et de l'avant-bras droit. De source policière, son pronostic vital est engagé. La victime était en présence d'une autre personne, âgée de 15 ans, qui n'a pas été blessée. Elles affirmaient venir de Barcelone. Six personnes sont mises en cause dans cette fusillade (quatre personnes en voiture et deux personnes à scooter). On ignore combien de personnes ont tiré. 

Pour l'heure, il n'y a pas de lien établi entre ces trois fusillades.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.