Mort d'une résidente dans une maison de retraite de l'Essonne : l'hypothèse du meurtre écartée

Une femme de 87 ans avait été retrouvée morte mardi dans sa chambre d'une maison de retraite de l'Essonne. Un résident et une aide-soignante avaient été placés en garde-à-vue.

Maisse, dans l\'Essonne.
Maisse, dans l'Essonne. (CAPTURE D'ECRAN GOOGLE MAPS)

L'autopsie, réalisée mercredi 14 août sur le corps d'une résidente morte mardi dans une maison de retraite de Maisse (Essonne), écarte "en l'état" l'hypothèse du meurtre, d'après France Bleu Paris. Selon une source judiciaire, aucune trace d'asphyxie ni de coups n'a été constatée sur le corps de cette femme de 87 ans. L'autopsie a, en revanche, démontré l'état "inquiétant du cœur, des artères et des reins" de la résidente. La cause du décès pourrait donc être naturelle.

Cette femme de 87 ans a été retrouvée morte mardi matin dans sa chambre de l'Ehpad Korian le Gâtinais. Un autre résident, lui aussi âgé de 87 ans, avait été vu lundi soir, par une aide-soignante, sortant de la chambre de la résidente avec un coussin à la main. L'aide-soignante avait également entendu la vieille dame crier avant de la voir suffoquer. Elle avait alors tenté de joindre sa responsable, sans prévenir les secours. Ce n'est que le lendemain matin que la mort de la résidente avait été constatée.

Garde à vue levée pour le pensionnaire et l'aide-soignante

L'hypothèse du meurtre avait été évoquée mardi. Le pensionnaire aperçu dans la chambre et l'aide-soignante avaient été placés en garde à vue. Le premier était visé par une enquête pour assassinat et l'aide-soignante pour non-assistance à personne en danger. Ils sont tous les deux sortis mardi soir. Le vieil homme a été hospitalisé pour des raisons de santé.

L'enquête se poursuit sous la direction du parquet d'Evry pour déterminer les circonstances entourant la mort de cette dame.